De l’ouverture des données publiques par l’État ou Open Data

La France lance sa plateforme de données publiques (open data)

La France au travers de l’Etalab, la mission interministérielle chargée de l’ouverture des données publiques, lance la plateforme française d’ouverture des données publiques. Une initiative à rapprocher de l’idée de l’Open Data, elle vise à rendre de nombreuses données publiques disponibles en ligne via un nouveau site gouvernemental, data.gouv.fr.

La France lance sa plateforme de données publiques (open data)
La France lance sa plateforme de données publiques (open data)

data.gouv.fr constitue un portail unique de consultation des données publiques de l’État. Mais à quoi va vraiment servir cette plateforme gouvernementale ? À faire de belles infographies ? Pas que. L’objectif de ce nouveau dispositif est de favoriser l’innovation, la transparence et l’ouverture.

Et l’Open Data devint une réalité en France…

Après 9 mois de travail, la France rejoint les pays européens (Belgique, Espagne, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni…) s’inscrivant dans un déploiement ou partage de données publiques. Data.gouv.fr est un outil dont l’idée principale est de renforcer la transparence des actions de l’État, comme des collectivités locales auprès des citoyens.

352 jeux de données publiques

À l’heure actuelle, 352 000 jeux de données publiques sont disponibles sur le portail. D’autre part, 90 producteurs de données publiques partagent leur information sur la plateforme : on compte parmi eux des administrations publiques (Ministère de Culture, de l’Agriculture…) ou encore 4 collectivités territoriales (Longjumeau, Saint-Quentin, Coulommiers, le Loir-et-Cher). Néanmoins, selon le blog regardscitoyens.org, la majorité de ces données était déjà accessible par d’autres moyens à disposition.

Aperçu de la plateforme data.gouv.fr
Aperçu de la plateforme data.gouv.fr

Le site (voir capture d’écran ci-dessus) vous permet de rechercher directement dans la base de données via un moteur de recherche interne. En outre, il vous est possible d’accéder au contenu par différentes approches : mots-clés, localisation, année de publication ou organisme émetteur des données. Il est également possible de naviguer librement à partir des suggestions de recherche pour découvrir de nouvelles données.

D’autre part, le type de fichier utilisé semble être largement dominé par le format .XLS (Microsoft Excel) ce qui a le don d’énerver les plus fervents défenseurs des formats open source, ou du moins plus ouvert tel que le .CSV.

Les opportunités de l’Open Data

L’Open Data a vocation à être un vecteur d’innovation et de développement économique.

La mise à disposition de données publiques — qui étaient jusqu’à lors conservées et non accessibles — traduit une volonté forte de la part de l’État de générer des retombées économiques pour les entreprises. Premièrement,la consultation ou le téléchargement des données ouvertes est gratuit. En effet, quelque soit l’usage ou la destination de ces données, que vos intentions soient commerciales ou caritatives, vous ne payerez strictement rien (vous payez vos impôts tout de même).

Dans différents domaines et activités, l’open data peut s’avérer être une nouvelle source statistiques et éventuellement suggérer des idées d’applications voire de start-up. Prenons l’exemple du Ministère de la Culture qui a récemment libéré diverses données liées aux pratiques culturelles des français : les entrées de salles de cinéma, la fréquence d’écoute de la musique… avec la répartition par tranches d’âge; ce sont autant d’éléments qui peuvent s’avérer être intéressants pour un site qui souhaite alors segmenter davantage son offre et répondre aux besoins précis de ses utilisateurs.

La plateforme data.gouv.fr a vocation aussi — par exemple — à partager la liste des hôpitaux publics près de chez vous, la disponibilité de biens publics en temps réel (vélos en libre service, stationnements de parking…) ou encore indiquer la qualité de l’air. L’objectif annoncé est de fournir une meilleure information et une « interaction accrue avec les institutions publiques ».

En résumé, la bonne idée est de rendre publique des données statistiques pour favoriser l’accès à de l’information, qui devrait l’être par essence. Une logique qui a mis du temps à démarrer dans l’hexagone mais qui semble bien se développer par l’intermédiaire de la mission Etalab : à suivre donc!

Vous pouvez suivre Etalab sur Twitter et Facebook :
– Le compte @etalab
– La Page Etalab, data.gouv.fr

Auteur : Paul-Henri Brunet

Passionnément curieux et féru d'objets connectés. @phb sur Twitter.

2 réflexions sur « De l’ouverture des données publiques par l’État ou Open Data »

  1. Ca ne m’étonne pas du tout que la France est mis autant de temps à rejoindre ce projet. J’espère en tout cas que la quantité de données accessibles s’étoffera de façon régulière et surtout qu’elle sera de qualité et fiable !

    1. Notre bonne vieille France évolue et c’est plutôt rassurant pour nous !

      Je suivrai de près toutes les évolutions apportées pour voir comment pouvoir utiliser au mieux ces données publiques 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.