Chiffres clés : du web au magasin, le nouvel acheteur

« Web-to-store, enjeux et opportunités pour le commerce physique à l’ère du digital »

Mappy, filiale à 100% du Solocal Group (ex Groupe PagesJaunes) a présenté jeudi dernier son livre blanc sur les enjeux du web-to-store, du trafic issu du web vers le magasin : « Web-to-store, enjeux et opportunités pour le commerce physique à l’ère du digital ». Cette étude, conjointement menée avec BVA et Novedia Group, vise à donner une vue d’ensemble des problématiques du shopper et de la génération de trafic en magasin à l’aide de nombreux chiffres et faits intéressants : motivations d’achat, parcours et taux de transformation, préférences et usages.

Comment rester visible et attractif aux yeux d’un consommateur connecté qui commence de plus en plus son parcours d’achat sur Internet. Comment lui rendre l’achat en magasin plus désirable que l’achat en ligne dans un contexte multi-canal ?

Découvrez les principaux enseignements de cette étude à l’aide de l’infographie « Web-to-store :  un nouvel acheteur » publiée par Mappy.

Performance et taux de transformation : le magasin reste toujours le lieu d’achat ultime

  1.  Un acheteur multi-canal : typologie des comportements (full web, full store, show-roomer, ROPO)
  2. Achat online versus commerce de proximité : les motivations de l’acheteur avec panorama par secteurs
  3. La recherche avant achat : Internet en tête dans presque tous les secteurs
  4. Les clés d’une stratégie web-to-store gagnante : le top 5 des attentes du consommateur

 

Infographie : Web-to-store, un nouvel acheteur
Infographie : Web-to-store, un nouvel acheteur par Mappy

Télécharger le livre blanc

Pour télécharger le livre blanc intitulé « Web-to-store, enjeux et opportunités pour le commerce physique à l’ère du digital », rendez-vous sur corporate.mappy.com/presse/livre-blanc/.

À propos de Mappy

Mappy compte aujourd’hui plus de 10 millions d’utilisateurs mensuels sur Internet, tablettes et mobiles (Mappy et MappyGPS Free).

Marques, à vos applications : vos clients préfèrent les apps

STRATÉGIE MOBILE — S’il est aujourd’hui indéniable qu’il ne soit plus nécessaire d’expliquer pourquoi les marques doivent être présentes sur le téléphone mobile ou la tablette de leurs clients (et encore que), il subsiste toutefois des interrogations quant au choix de la stratégie à adopter : application native ou version mobile optimisée uniquement ou encore quels systèmes d’exploitation mobile…

Certains éléments de réponses peuvent déjà être apporté. Avec 50% de part de marché en France, Android domine désormais largement iOS (33%) qui voit son influence diminuer sur ce segment mais ce dernier conserve malgré tout son avance sur le marché des tablette (55% contre 40%) avec un risque de dégradation néanmoins.

À l’occasion de l’événement Le Mobile 2013, l’Institut Harris Interactive a mis en avant les éléments contextuels qui permettent de parvenir à développer une stratégie mobile réussie.

Il y a toujours de bonnes raisons pour une marque de développer son application

Les marques ont tout intérêt à vivre au sein d’une application native pour affirmer leur présence. Il s’agit de s’octroyer de manière permanente une place de choix au sein de l’univers mobile du consommateur. En effet, l’application assure la continuité dans la relation avec le consommateur et dans l’usage par l’intermédiaire des notifications en temps-réel ou différé (Notifications Push). En outre, l’application assure une expérience utilisateur plus riche, plus aboutie grâce à une flexibilité accrue dans les données stockées localement (accessibilité hors ligne en situation de mobilité par exemple). Enfin, une application ou un service mobile peut être l’occasion pour une marque de monétiser ses services via des outils d’achats intégrés (In-App purchase) ou en distribuant des options premiums. De plus, à l’usage, le réflexe de l’utilisation d’une « application » l’emporte sur la version Web Mobile ou WebApp (via le navigateur Safari par exemple) à en croire les chiffres d’usage classique du smartphone.

En fonction des usages, les utilisateurs de smartphones et de tablettes utilisent des applications ou les versions web mobile

Usage application, site mobile smart phone tablette
Préférence d’utilisation d’une application ou site mobile en fonction d’un usage

De ces préférences, il resort des vérités dites de « bon sens » – vous en conviendrez aisément. Pour autant, selon le secteur d’activité, vous serez alors incité à davantage privilégié une approche contextuelle plus forte avec un enclin à l’optimisation pour le mobile web ou natif selon les cas. Si pour communiquer, vos utilisateurs ont davantage tendance à utiliser les applications du téléphone (SMS, Email, Skype, Libon, WhatsApp ou encore Facebook Messenger), la consommation de contenus médias est plus orienté web (43%) : la publication tardive d’une version mobile pour iOS 6 de YouTube étant peut-être l’une des raisons. En revanche, le jeu dispose effectivement d’un terrain de chasse gigantesque au travers des catalogues d’applications mobile et il existe aujourd’hui peu d’expérience valable en situation non native notamment pour cause de contraintes techniques.

Panorama de consommation des applications mobiles

Les utilisateurs mobiles utilisent 5 applications quotidiennement

Sur un smartphone, 35 applications sont installées en moyenne dont 3 payantes (le modèle freemium a de beau jour devant lui) Parmi ces apps, seulement 11 applications sont utilisées régulièrement (au moins une fois par semaine), 5 le sont quotidiennement, 10 applications ne sont quant à elle jamais utilisées. 
Les interrogés déclarent à ce titre que 9 applications ont été téléchargées au cours des 3 derniers mois et qu’1/3 ne sont déjà plus du tout utilisées : Le risque pour une marque était de rester inactive sur l’écran d’accueil d’un smartphone, le téléchargement n’était pas vraiment suffisant. 82% des smartphonautes utilisent des applications au moins une fois par semaine. 22% des smartphonautes installent au moins une nouvelle application toutes les semaines
Enfin, la bonne nouvelle pour les marques ? 62% des utilisateurs smartphones ont déjà autorisé les applications à leur soumettre des notifications : autrement dit, le meilleur moyen de rentrer en contact avec vos consommateurs. Ainsi, il est important d’appliquer une politique de suivi et de collecte d’avis efficace pour ne pas voir son application finir aux oubliettes. Tout simplement. D’autant plus que 59% les ont téléchargées uniquement par curiosité et 30% avaient téléchargé plusieurs applications pour les comparer et ne conserver que la meilleure. Mais alors, comment pérenniser l’usage de son application au-delà de son téléchargement ? En mettant en place des évaluations sur les utilisateurs, les contextes d’usage, fréquences et niveau de satisfaction (enquêtes) tout au long de la vie de développement de l’application puis au fur et à mesure des mises à jours additionnelles.

Le responsive design vise à adapter le contenu à la taille de l'écran pour optimiser l'UX
Le responsive design vise à adapter le contenu à la taille de l’écran pour optimiser l’UX

Néanmoins, ne négligez pas les versions optimisées « mobile » pour le web; la tendance du Responsive Design y répondant; car vos clients utilisent Google pour vous trouver, comme ils le feraient depuis leur ordinateur. En d’autres termes, le résultat d’un site mobile non optimisé est peu recommendable voir nul d’intérêt.

Méthodologie : Enquête réalisée en ligne par l’institut Harris Interactive du 17 octobre 2012 au 9 janvier 2013. Échantillon total de 7 000 individus représentatifs de la population des internautes français âgés de 15 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).
Harris Interactive a profité de cette publication pour communiquer sur le lancement d’une offre d’étude pour une durée indéterminée, M-Observer : la solution d’étude pour optimiser l’efficacité des supports mobiles. À découvrir ici.

Infographie : la France sur Facebook en 2011

Infographie — Quelles ont été les marques les plus Like sur Facebook ? Combien de personnes en ont parlé ? Avec le classement des pages en France

Socialnumbers.com a publié une infographie complète sur les chiffres concernant Facebook en France pour l’année 2011. Particulièrement orientée vers les marques et l’engagement, cette infographie tente de répondre aux questions suivantes : Quelles ont été les marques les plus « Like » sur Facebook ? Combien de personnes en ont parlé — avec la nouvelle mesure instituée au sein des pages) ?

Infographie : la France sur Facebook en 2011
Infographie : la France sur Facebook en 2011

Retour sur l’année écoulée avec Facebook en France, via Socialnumbers.com

Continuer la lecture de « Infographie : la France sur Facebook en 2011 »

Infographie : Faits & chiffres sur l’iPhone

Bien pratique pour étudier, découvrir ou redécouvrir en une image, l’ensemble des faits et chiffres autour du téléphone d’Apple, (techniquement ou sur le volet marketing), voici une infographie représentant un iPhone 4 « allongé » proposé par le blog américain Website-Monitoring.com.

Apple iPhone
Cliquez sur l'image pour zoomer

L’infographie se divise en 6 parties avec :

  1. l’historique de l’iPhone
  2. les modèles
  3. la frise chronologique des modèles
  4. les ventes mondiales
  5. la situation de la disponibilité mondiale
  6. les faits intéressants (téléchargements, langues…)

Via

Samsung devance Apple sur le marché des smartphones

Selon des chiffres de l’institut GfK présentés par Samsung, le Samsung Wave a pris la première place des ventes de téléphones en France avec 5,3% du marché contre 4,8% pour l’iPhone 4 d’Apple.

Considéré comme le premier véritable smartphone ou « téléphone intelligent » par le groupe Samsung, il a été lancé début juin en France et atteint ce seuil courant août soit après sept semaines de commercialisation.

Continuer la lecture de « Samsung devance Apple sur le marché des smartphones »