J’ai testé Askalll, nouvelle plateforme sociale de questions

Askalll avec trois "L", une nouvelle plateforme sociale de connaissances

Yahoo! Answers, SurveyMonkey, Toluna, Qwanz ou encore Facebook Questions : les médias sociaux ont fait naître de nombreux services axés autour du partage de connaissances et des questions ; avec plus ou moins le succès qu’on leur connait. De plus, l’explosion des infographies en 2011 et 2012 a favorisé l’émergence d’une nouvelle forme de communication autour de la visualisation de données : « la Data visualisation ».

Askalll est une nouvelle plateforme sociale permettant d’adresser une question à toutes les personnes susceptibles d’y répondre, « rapidement et simplement » selon les créateurs de l’outil. La start-up souhaite surfer sur cette tendance en proposant une approche résolument communautaire, sociale et utilitaire.

Askalll est encore en bêta

Askalll est encore en bêta

Quelle que soit votre question, vous aurez votre réponse en un clin d’œil.

Un véritable média social ouvert, à toutes les questions

En opposition à la tendance des réseaux dit privés ou délimités par l’influence ou via un accès restreint, sur Askalll, tout le monde peut répondre aux questions, inscrit ou non. Le service met à votre disposition une communauté prête à vous répondre, que ce soit pour des questions ludiques ou utiles. Vous pouvez ainsi vous constituer une base d’abonnés, suivre des « askers » (dixit leur présente) et retrouver vos amis à partir de vos comptes.

L’infographie intégrée au cœur de l’outil

Askalll a crée une application web qui permet à la fois d’obtenir et d’extraire les résultats obtenus sous forme graphique. L’intérêt ? Aider visuellement à intégrer les données clés du contenu présenté et les diffuser plus aisément. Rien de révolutionnaire en soi mais le souci du détail est bien là (comme le montre l’image d’en-tête de cet article présentant l’application Windows 8). On regrettera justement l’écart entre l’interface Windows 8 / Metro et la charte graphique actuelle du site qui manque du coup un peu de cohérence.

Visualisation des résultats du site Askalll

Visualisation des résultats du site Askalll

Suggérer les questions pour une mécanique performante et – à priori – intelligente

La problématique intrinsèquement liée à ce type de sites se trouve essentiellement sur son audience, sa qualité et enfin la capacité de cette communauté à fournir des réponses pertinentes grâce à la plateforme (l’outil) et enfin son rayonnement d’influence. Le site se veut aussi centré sur l’utilisateur par son approche : en répondant aux questions des autres internautes, Askalll vous permet de devenir un influenceur à votre tour sur les domaines pour lesquels vous êtes pré-supposés pouvoir répondre.

Mais une approche qui peut s’avérer trop simpliste…

Plus vous répondez à des questions, plus votre profil Askalll devient révélateur de ce que vous aimez ou pensez. Askall espère créer une virtualisation de votre pensée à partir de vos réponses, un profiling précis en quelque sorte (l’équipe tient également un engagement sur le respect de vos données). S’appuyant sur ce constat, Askalll entreprend un calcul d’affinité qui vous permet de rencontrer des internautes qui partagent vos opinions. Néanmoins, cela ne veut pas dire que vous obtiendrez les réponses à vos questions ; c’est là à mes yeux la seule limite du système…

La viralité, autre problématique de la récolte de données

Pour ses créateurs — et contrairement à des sites comme Quora, les questions n’ont pas vocation à vivre uniquement sur le site. Ils estiment que, plus votre question sera vue ou visible, plus les réponses seront pertinentes : pas si évident selon moi mais leur positionnement est louable : faire partager au plus grand nombre pour accroître le nombre de répondants et donc l’impact final.

Ainsi, Askalll vous permet de partager votre question sur tous vos réseaux sociaux (Facebook et Twitter naturellement), l’e-mail n’est évidemment pas oublié. Mais si vous le souhaitez, vous pourrez le publier sur votre blog ou votre webzine grâce à un widget ou encore sur des supports visuels grâce un QR code associé.

À découvrir sur askalll.com

À propos de la startup Askalll

Askalll est la première start-up à avoir rejoint le Wunderlab, incubateur de startups de l’agence WUNDERMAN. La société a également intégré le programme BizSpark et l’accélérateur Windows 8 de Microsoft. D’ores et déjà disponible sur le Windows Store (en français et anglais), Askalll est toujours en bêta privée. Les prochaines échéances verront la sortie d’une application iPhone et Windows Phone.

Bon AP renouvelle le genre culinaire sur le web

Bon AP se présente comme un site culinaire pas comme les autres, basé sur une mécanique de gamification (l’autre nom pour le buzzword social gaming)

Bon AP renouvelle le genre culinaire sur le web

Bon AP renouvelle le genre culinaire sur le web

Outre la promesse de retrouver tout un tas d’astuces et de recettes de cuisine pour surprendre aux mieux vos prochains convives, aux pires terminer la soirée chez McDonald’s; la vraie nouveauté dans ce site thématique se situe dans son aspect communautaire (voire social) à travers les miams.

Vous l’aurez compris, le contenu s’articule essentiellement autour des recettes et astuces de cuisine. La promesse des créateurs ? Vous permettre d’acquérir ou d’améliorer vos talents et votre savoir faire en cuisine tout en vous récompensant : votre copine va apprécier.

Poursuivre la lecture

Razer défend le jeu vidéo sur PC avec un mini site (MàJ)

Pour Razer, le jeu sur PC n’est pas mort et c’est par l’intermédiaire d’un tweet qu’ils le font savoir : « Le jeu sur PC n’est pas mort. Rejoignez-nous […] »

Razer défend le jeu vidéo sur PC avec un mini site

Razer défend le jeu vidéo sur PC avec un mini site

Razer, l’équipementier pour joueurs PC, lance un nouveau site internet événementiel intitulé « PC Gaming Is Not Dead ».

Poursuivre la lecture

De l’utilité des recommandations sociales

Après l’article d’investigation des Inrocks (concernant le business des faux avis en ligne) et tandis que TripAdvisor vient tout juste de passer le seuil des 50 millions d’avis publiés sur sa plateforme, il est temps aujourd’hui de s’interroger sur la nécessité du partage des avis sur les médias sociaux.

De l'utilité des recommandations sociales

De l'utilité des recommandations sociales

Après avoir été victime d’un manque de professionnalisme affligeant de la part d’un restaurant sur le quai de Saint-Cloud (voir le billet de Mymy les bons tuyaux à ce sujet), nous avions envie de nous exprimer, chacun à notre façon, pour dire à quel point il est primordial pour les clients et futurs consommateurs, de partager leurs expériences grâce aux médias sociaux.

En effet, je ne pense pas être le seul à penser que le web social se doit d’être utile : les recommandations sont une des réponses possibles dans cette quête perpétuelle de l’utilité.

Poursuivre la lecture

Google et le web social : mon avis sur Google+

J'ai testé pour vous, Google+

The Google+ Project ou plus connu sous le nom de Google+ (Google Plus) est le nom du dernier projet en date de la firme de Mountain View. On a longtemps cru qu’il s’agirait de Google Me — pas beaucoup de sens si l’on réfléchit bien en matière de « social media »; c’est finalement le terme de « Plus » qui a été adopté.

Google Plus

J’ai testé pour vous, Google+

Poursuivre la lecture