Comment optimiser la visibilité de vos campagnes digitales display ?

Plus de la moitié des publicités en ligne n’apparaissent jamais à l’écran du visiteur

56,1% de l’ensemble des impressions publicitaires mesurées n’apparaissent jamais sur un écran, selon Google (moyenne des éditeurs : 50,2%, un grand nombre des impressions non visibles est généré par un nombre réduit d’éditeurs)

Alors que l’actualité sur la publicité en ligne tourne autour des AdBlockers, une autre problématique touche les éditeurs et leurs annonceurs : la visibilité ou la lisibilité d’une publicité soit la probabilité qu’un internaute ait vu l’annonce au-delà de la simple impression publicitaire dite « traditionnelle ».

Pour mieux comprendre la lisibilité de la publicité en ligne, Google a mené une étude sur leurs plates-formes de publicité, incluant Google et DoubleClick, visant à analyser les facteurs de la visibilité d’une campagne digitale display. Les données analysées sont uniquement basées sur des impressions publicitaires dans des navigateurs (desktop et mobile) et ne comprennent pas de publicités mobiles in-app ou dans des vidéos.

Une définition de l’impression publicitaire visible

Selon la définition de l’IAB (validée par le Media Ratings Council), une publicité digitale est considérée comme visible lorsque 50% des pixels de la publicité sont en capacité d’être vu durant une période définie d’une seconde. À titre de comparaison, pour les annonces vidéo de type InStream, la moitié de l’espace doit être affichée pendant au moins deux secondes.

Un indicateur de performance (KPI) est donc calculable à partir de cette définition : le taux de visibilité d’une publicité, ou le pourcentage d’affichage publicitaire visibles sur le nombre total d’affichages publicitaires servies.

La position sur la page assure une meilleure visibilité

Si votre intuition vous laissait à penser que la position idéale a toujours été en haut de la page car prédominante dans la navigation, sachez que la réalité est différente : la position la plus visible pour une publicité se situe au plus près de la ligne de flottaison – variable selon les formats, soit au niveau de la rupture de la première partie d’une page (cf. capture d’écran ci-dessous).

La position la plus visible pour une publicité selon le format
La position la plus visible pour une publicité selon le format, Google

Format : les publicités verticales sont les plus visibles

Les publicités verticales sont les plus visibles
Les publicités verticales sont les plus visibles

Découvrez le taux de visibilité parmi les formats display les plus populaires

Les formats de publicités les plus visibles sont de format vertical. Ce n’est évidement pas une surprise dans la mesure où ces dernières restent à l’écran plus longtemps à mesure que l’utilisateur fait défiler la page. Autre enseignement intéressant, le nombre de pixel cumulé d’une création publicitaire n’assure pas davantage de visibilité à un annonceur; en d’autres termes, il n’y a pas de corrélation entre la taille d’un format et son impact sur la visibilité effective.

Les formats de 160 × 600 pixels et 120 × 600 pixels sont visibles environ 53% du temps par exemple, alors que les publicités 300 × 250 sont visibles seulement 41% du temps en moyenne.

La position de la page n’est pas toujours l’assurance d’une visibilité absolue

Bien que la position soit importante, la position de la page n’est pas nécessairement une garantie de visibilité assurée. Comme le démontre le taux de visibilité moyen, toutes les impressions qui sont au-dessus de la ligne de flottaison ne sont pas toujours visibles, tandis qu’un pourcentage non négligeable (40%) le sont également après cette rupture.

Répartition de la visibilité des publicités en ligne selon la position
Répartition de la visibilité des publicités en ligne selon la position

Taux de visibilité moyen des bannières publicitaires : 68% des publicités diffusées au-dessus de la ligne de flottaison sont visibles tandis que 48% le sont en dessous de cette ligne.

 

La visibilité est variable selon les univers de contenu et leur attractivité

Ce qui va sans dire va mieux en le disant : les taux de visibilité les plus élevés sont détenus par les sites dont la thématique est associée à du contenu le plus engageant.

Le taux de visibilité varie selon les thématiques de contenu
Le taux de visibilité varie selon les thématiques de contenu

Les publicités sont mieux perçues sur les sites informatifs (Reference) où l’on vient chercher de l’information spécifique suite à une recherche Google par exemple ou encore sur les plateformes de communautés en ligne type forum.

Comment Google mesure-t-il la lisibilité d’une publicité en ligne ?

Via ses plateformes de technologie publicitaire, Google mesure la visibilité des emplacements à l’aide de son tag publicitaire pour les éditeurs sous le nom « Active View ». Toutefois, une question demeure : comment Google assure-t-il que son taux de visibilité est bien efficace ? Si les performances doivent tendre à confirmer les hypothèses, l’étude ne fait aucune mention précise de l’usage et des spécificités de sa technologie (d’un point de vue technique) pour calculer ce critère de visibilité.

Cibler c’est bien, être vu c’est mieux

À l’heure de l’essor du programmatique et en pleine controverse des bloqueurs de pub, la publicité en ligne vit en ce moment même une autre petite révolution avec l’enjeu de la véritable visibilité publicitaire : nombreuses sont les marques qui, de plus en plus, choisiront de ne payer que pour des impressions publicitaires dites « visibles » — celles qui s’affichent vraiment sur les écrans des utilisateurs, plutôt que celles qui apparaissent sur des zones de pages web qui n’ont jamais réellement été perçus par les yeux des visiteurs.

Étude « The Importance of Being Seen: Viewability Insights for Digital Marketers and Publishers », novembre-décembre 2014 via Google.

Un nouvel indice de performance social media pour les marques

Digidust, agence digitale indépendante, lance son Indice de Performance sur les Médias Sociaux. Mais à quoi ça sert ?

L’impact des médias sociaux sur le comportement des consommateurs amène les entreprises à repenser la façon de communiquer, d’écouter et répondre aux attentes de leurs clients.

Les statistiques sur les médias sociaux sont légions; la popularité des infographies faisant foi. Face à cette multitude de données, plus ou moins à jour, plus ou moins pertinentes; Digidust Metrics a pour promesse de vous offre chaque jour un indice de performance des entreprises françaises présentent sur les médias sociaux. Le service a pour objectif de mesurer la qualité de l’implication et de l’engagement d’un acteur en le comparant à d’autres acteurs similaires sur la base d’un score de 100.

Une hiérarchisation propre à chaque type de profil

Par exemple, Digidust a choisi de présenter les grandes entreprises selon une classification financière : CAC40, SBF120 (au cas où cela vous aurait échappé, ce sont les deux principaux indices boursiers de la Bourse de Paris). Et cette fois, ce n’est pas la capitalisation de l’entreprise qui rentre en jeu pour le classement mais son score de performance sur les médias sociaux.

Les médias dit traditionnels ne sont pas en reste tout comme les protagonistes et autres personnages de la politique française (personnalités ou partis politiques) ou encore les sportifs et leurs clubs.

Cette première version propose donc 4 domaines ou secteur d’analyse :

  • Business : classement des entreprises du Cac40 et Top 50 du SBF 120,
  • Sport : Top 50 des Sportifs français, Top14, Ligue1, Top 50 Tennis mondial et cyclisme, ainsi qu’un exercice autour d’une comparaison Foot contre Rugby.
  • Politique : Top 50 des personnalités politiques Françaises et classement des Partis.
  • Médias : Classement des supports TV, Presse et Radio de l’hexagone, Top 50 des journalistes et animateurs les plus influents.

Classement des entreprises du CAC40 sur les médias sociaux

Classement des entreprises du CAC40 sur les médias sociaux
Classement des entreprises du CAC40 : on peut remarquer la belle 1ère place de Renault corroborant avec ses investissements en social media et notamment son compte Twitter groupe @Renault_Live

Le score de performance, une évolution viable du Klout score ?

Au-delà de cette dénomination pas très vendeuse, le Klout score a dorénavant une utilité au travers de Digidust Metrics, car ce dernier se base sur l’algorithme de Klout. Si ce mot ne vous dit rien, cet outil a fait parler de lui à maintes reprises et il n’est pas connu pour sa pertinence. Pourtant, je cite « c’est à nos yeux l’indicateur le plus performant et fiable à ce jour pour mesurer l’influence individuelle » : cela reste à prouver (l’exemple de Beyoncé avait été flagrant). Pour autant, Digidust affirme « pondérer » la formule avec leur propre algorithme cette fois, afin de replacer les activités du profil étudié dans le contexte associé. Cette information reste relativement flou mais elle nous laisse imaginer que des facteurs exogènes comme la compétitivité ou la saisonnalité de l’activité peuvent faire évoluer la performance relativement.

Statistiquement parlant, la transparence manque

La méthode : Digidust Metrics prend en compte plus de 15 indicateurs lissés sur 30 jours flottants et rapportés à la moyenne des échantillons à laquelle est appliqué un coefficient qui vient minorer ou majorer le score en fonction de l’importance de chaque critère mesuré. (source : Digidust lance Digidust Metrics

Élaboré en partenariat avec Apicube, en supplément des variables utilisées par Klout, Digidust Metrics analyse plusieurs critères : la qualité (niveau des interactions) et le volume d’engagement de l’entité envers les suiveurs, la popularité, l’impact (ou résonance) et enfin l’historique de la prise de parole de l’acteur. À noter, l’outil accorde davantage d’importance à Twitter sur le simple parti pris que la plateforme de l’oiseau bleu serait plus adaptée à une communication one-to-one et quasi-instantanée.

Avant tout un outil de suivi pour les agences ?

Digidust Metrics se révèle être alors un outil efficace pour évaluer la stricte performance « social media » des marques et annonceurs, pour un secteur donné. En effet, il parait alors compliquer de comparer l’engagement des marques distinctes sur les médias sociaux lorsque l’une vend des produits d’entretien et l’autre favorise le déplacement des voyageurs. Néanmoins, il persiste un doute quant à une utilisation plus poussée pour des analyses qualitatives plus profondes évaluant la véritable performance d’une stratégie de présence. On aurait autant aimé des recommendations pour chaque entité en fonction du score associé, mais c’est peut-être là le début du travail à réaliser par l’agence.

Découvrez l’indice de Performance sur digidustmetrics.com

Aller sur Digidust Metrics

 

Le Prix, toujours variable centrale du Mix Marketing mobile

Tout ce que vous devez savoir sur les usages App Store et les comportements des possesseurs iPhone, iPad ou iPod touch

Tout ce que vous devez savoir sur les usages liés à la boutique d’applications d’Apple, l’App Store et les comportements des possesseurs d’iPhone, iPad ou iPod touch.

S’il est évoqué qu’Apple détiendrait 20% de part de marché sur le marché de la téléphonie mobile, il est indéniable que les produits de la firme à la pomme ont la côte auprès des français pour la qualité de leur expérience utilisateur notamment grâce au catalogue d’applications disponibles : plus de 550 000 applications à ce jour pour 25 milliards de téléchargements (données au niveau mondial).

Usages et comportements des utilisateurs de l'App Store
Usages et comportements des utilisateurs de l'App Store

Dans ce contexte, l’App Store devient un véritable « canal de communication » pour la marque. Bien que propriétaire, les marques ont tout intérêt à être présent sur ce support pour s’exprimer mais ne doivent pas pour autant négliger les enjeux. Découvrez les usages et comportements des utilisateurs de l’App Store grâce à cette étude.

Continuer la lecture de « Le Prix, toujours variable centrale du Mix Marketing mobile »

Infographie : la France sur Facebook en 2011

Infographie — Quelles ont été les marques les plus Like sur Facebook ? Combien de personnes en ont parlé ? Avec le classement des pages en France

Socialnumbers.com a publié une infographie complète sur les chiffres concernant Facebook en France pour l’année 2011. Particulièrement orientée vers les marques et l’engagement, cette infographie tente de répondre aux questions suivantes : Quelles ont été les marques les plus « Like » sur Facebook ? Combien de personnes en ont parlé — avec la nouvelle mesure instituée au sein des pages) ?

Infographie : la France sur Facebook en 2011
Infographie : la France sur Facebook en 2011

Retour sur l’année écoulée avec Facebook en France, via Socialnumbers.com

Continuer la lecture de « Infographie : la France sur Facebook en 2011 »

Tendances de partages sur les médias sociaux en 2011

Infographie sur les tendances de partages sur les médias sociaux en 2011 (via AddThis)

Infographie — Clearspring, la société à l’origine du bouton de partage social AddThis, a publié une mise à jour en infographie des tendances de partages pour l’année 2011.

Infographie : Tendances de partages social media en 2011
Infographie : Tendances de partages social media en 2011

Facebook, Twitter, et l’Email sont les outils les plus usités mais sans surprise, Facebook domine le classement en représentant 52,1% du partage via le widget AddThis. Découvrez l’intégralité de l’infographie dans la suite avec d’autres découvertes.

Continuer la lecture de « Tendances de partages sur les médias sociaux en 2011 »