J’ai testé Askalll, nouvelle plateforme sociale de questions

Askalll avec trois "L", une nouvelle plateforme sociale de connaissances

Yahoo! Answers, SurveyMonkey, Toluna, Qwanz ou encore Facebook Questions : les médias sociaux ont fait naître de nombreux services axés autour du partage de connaissances et des questions ; avec plus ou moins le succès qu’on leur connait. De plus, l’explosion des infographies en 2011 et 2012 a favorisé l’émergence d’une nouvelle forme de communication autour de la visualisation de données : « la Data visualisation ».

Askalll est une nouvelle plateforme sociale permettant d’adresser une question à toutes les personnes susceptibles d’y répondre, « rapidement et simplement » selon les créateurs de l’outil. La start-up souhaite surfer sur cette tendance en proposant une approche résolument communautaire, sociale et utilitaire.

Askalll est encore en bêta
Askalll est encore en bêta

Quelle que soit votre question, vous aurez votre réponse en un clin d’œil.

Un véritable média social ouvert, à toutes les questions

En opposition à la tendance des réseaux dit privés ou délimités par l’influence ou via un accès restreint, sur Askalll, tout le monde peut répondre aux questions, inscrit ou non. Le service met à votre disposition une communauté prête à vous répondre, que ce soit pour des questions ludiques ou utiles. Vous pouvez ainsi vous constituer une base d’abonnés, suivre des « askers » (dixit leur présente) et retrouver vos amis à partir de vos comptes.

L’infographie intégrée au cœur de l’outil

Askalll a crée une application web qui permet à la fois d’obtenir et d’extraire les résultats obtenus sous forme graphique. L’intérêt ? Aider visuellement à intégrer les données clés du contenu présenté et les diffuser plus aisément. Rien de révolutionnaire en soi mais le souci du détail est bien là (comme le montre l’image d’en-tête de cet article présentant l’application Windows 8). On regrettera justement l’écart entre l’interface Windows 8 / Metro et la charte graphique actuelle du site qui manque du coup un peu de cohérence.

Visualisation des résultats du site Askalll
Visualisation des résultats du site Askalll

Suggérer les questions pour une mécanique performante et – à priori – intelligente

La problématique intrinsèquement liée à ce type de sites se trouve essentiellement sur son audience, sa qualité et enfin la capacité de cette communauté à fournir des réponses pertinentes grâce à la plateforme (l’outil) et enfin son rayonnement d’influence. Le site se veut aussi centré sur l’utilisateur par son approche : en répondant aux questions des autres internautes, Askalll vous permet de devenir un influenceur à votre tour sur les domaines pour lesquels vous êtes pré-supposés pouvoir répondre.

Mais une approche qui peut s’avérer trop simpliste…

Plus vous répondez à des questions, plus votre profil Askalll devient révélateur de ce que vous aimez ou pensez. Askall espère créer une virtualisation de votre pensée à partir de vos réponses, un profiling précis en quelque sorte (l’équipe tient également un engagement sur le respect de vos données). S’appuyant sur ce constat, Askalll entreprend un calcul d’affinité qui vous permet de rencontrer des internautes qui partagent vos opinions. Néanmoins, cela ne veut pas dire que vous obtiendrez les réponses à vos questions ; c’est là à mes yeux la seule limite du système…

La viralité, autre problématique de la récolte de données

Pour ses créateurs — et contrairement à des sites comme Quora, les questions n’ont pas vocation à vivre uniquement sur le site. Ils estiment que, plus votre question sera vue ou visible, plus les réponses seront pertinentes : pas si évident selon moi mais leur positionnement est louable : faire partager au plus grand nombre pour accroître le nombre de répondants et donc l’impact final.

Ainsi, Askalll vous permet de partager votre question sur tous vos réseaux sociaux (Facebook et Twitter naturellement), l’e-mail n’est évidemment pas oublié. Mais si vous le souhaitez, vous pourrez le publier sur votre blog ou votre webzine grâce à un widget ou encore sur des supports visuels grâce un QR code associé.

À découvrir sur askalll.com

À propos de la startup Askalll

Askalll est la première start-up à avoir rejoint le Wunderlab, incubateur de startups de l’agence WUNDERMAN. La société a également intégré le programme BizSpark et l’accélérateur Windows 8 de Microsoft. D’ores et déjà disponible sur le Windows Store (en français et anglais), Askalll est toujours en bêta privée. Les prochaines échéances verront la sortie d’une application iPhone et Windows Phone.

Auteur : Paul-Henri Brunet

Passionnément curieux et féru d'objets connectés. @phb sur Twitter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.