Bienvenue en 2015 : Facebook, Twitter, YouTube, Google+ et… Diaspora

Premier billet pour cette année 2012 après quelques jours d’inactivités pour le blog, volontairement orienté fiction pour éviter de rentrer dans les pièges d’une énumération en liste des perspectives d’avenir du Digital pour cette nouvelle année. Bonne lecture.

En mai 2010, j’écrivais — je ‘prophétisais’ en quelque sorte — la fin de l’hégémonie du premier réseau social mondial, Facebook (2012 : La fin de Facebook). À cette époque, je n’étais pas le seul; loin de là (Réseaux sociaux : une autre vie numérique est possible sur LeMonde.fr)

Bienvenue en 2015 : perspectives et évolution du Digital
Bienvenue en 2015 : perspectives et évolution du Digital

À aujourd’hui, selon Social Media Examiner, la plateforme Facebook aurait atteint plus de 800 millions d’utilisateurs actifs, avec plus de 400 millions supplémentaires en 2 ans, depuis 2010 : contrairement à ce que je pensais (une détérioration de sa base d’utilisateurs), Facebook s’est considérablement renforcé à tel point de devenir incontournable dans les relations humaines, entre un facilitateur du premier contact et un connecteur à distance; ce que MSN Messenger pouvait déjà faire en son temps finalement.

Je vous invite à lire la suite de l’article pour découvrir l’article fiction! Bonne lecture

Premier billet de cette année 2012 après quelques jours d’inactivités pour le blog, volontairement orienté fiction pour éviter de rentrer dans les pièges d’une énumération en liste des perspectives d’avenir et évolution du Digital pour cette nouvelle année.

Facebook ou la fin d’une internationalisation annoncée ?

1er janvier 2015. New York — et le reste du monde — fête la nouvelle année et Timesquare accueille son sempiternel lâché de ballon sur la foule toujours plus nombreuses pour « on je ne sais quoi de magique ». Facebook, victime en 2012 de nombreuses plaintes à travers le monde contre l’usage de données personnelles, est toujours massivement utilisé par une base d’utilisateurs… Américaine. Facebook n’est plus le réseau aux milliards de visages. Les chinois ont leur Facebook (renren.com), les allemands ont retrouvé leur Facebook local (Studivz). Enfin, les français ont développé leur plateforme open-source Diaspora (diasp.org) où chacun peut facilement créer son propre réseau social : par écoles, par villes, par affinité.

Finalement, c’est le retour au réseau social privé : une plus grande liberté pour plus de flexibilité. Et si la solution résidait dans l’hébergement de solution, interne, dédiée à son cercle d’amis ?

YouTube au cœur de la télévision connectée

En matières de contenu multimédia, YouTube est aujourd’hui la première source vidéo du monde (si vous pensiez que c’était déjà le cas en 2012, vous aviez raison) mais c’est aujourd’hui une plateforme qui domine tout le marché audio-visuel : de la télévision dans le salon à l’ordinateur portable en passant par le mobile. Aurevoir TF1 et consors, bonjour YouTube. Votre télé est désormais connectée 24/7 : YouTube, Twitter, Google+ et autres Spotify, Hulu, Pandora.

Google+ est devenue l’arme ultime pour les réseaux sociaux intégrés aux applications Google (Google Apps) : une belle affaire pour Google qui craignait la domination éternelle d’un Facebook toujours plus gros.

Tout le monde ou presque se laisse à penser que le Digital évolue rapidement. Et pourtant, il évolue au rythme de l’évolution de nos usages voire tout aussi vite que ce que l’on souhaite tirer profit de ces technologies.

À la fin 2012, on parlait « SoLoMo » (un acronyme résumant les trois évolutions en cours sur l’Internet de l’époque – sociale, mobile et locale). Le concept buzzword s’est transformé en réalité économique. Les magasins et boutiques locales développent leurs propres outils pour répondre toujours plus aux attentes de leurs clients et prospects : plateforme de social CRM connectée en WiFi ou via NFC avec le profil mobile de l’utilisateur (la technologie NFC a été enfin intégrée à l’iPhone 6 !)

En effet, avec l’explosion du e-commerce, le point de vente pouvait risquer de se ringardiser dans un processus de désenchantement du lieu de vente physique. C’est du moins ce que craignaient certaines enseignes et ont jusqu’à lors tenté de freiner cette évolution inéluctable en repoussant leurs usages de services intégrés sur le Web : une grossière erreur selon moi car ils constituent de véritables opportunités en matière de business.

Bref, bonne année à tous.

Illustration de l'article : Medium Difficulty by Stuart Colebrook

Auteur : Paul-Henri Brunet

Passionnément curieux et féru d'objets connectés. @phb sur Twitter.

1 réflexion sur « Bienvenue en 2015 : Facebook, Twitter, YouTube, Google+ et… Diaspora »

  1. Pas sur que le pas entre Google apps et Google+ soit évident à faire. Il en résulterait malgré tout un regain d’intérêt du second réseau social de Google (cf. Google Buzz lame attempt).
    Moi je verrais plutôt une spécialisation des réseaux sociaux: Facebook pour l’identiter numérique, Google+ plutôt orienté corporate, et émergences d’autres réseaux plus locaux ou de niches.
    En ce qui concerne Twitter, il évoluera en fonction de ses besoins de monétisation, difficile à prédire!
    En se qui concerne la TV connectée, je dirais que sur le TRES long terme les chaines sous le format classique sera remplacé par le pure on-demand.

    My 2 cents!

Répondre à Nicolas B Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.