Apple ou le marketing de la rumeur

Rumeur :  « affirmation présentée comme vrai sans qu’il existe de donné concrète permettant de vérifier son exactitude. » (par les psychosociologues Allport & Postman, 1947)

Apple a encore frappé. La direction marketing de la firme de Cupertino est passée reine dans l’art de communiquer, de faire parler de sa marque, de susciter des vocations de rédacteurs dépendant au fruit défendu. Mais elle a aussi réussi à convaincre.

Retour sur les annonces des dernières semaines, lues, vues et commentées sur Internet — bien-sûr.

Si vous avez suivis l’actualité et plus spécifiquement celle de l’iPhone, grâce aux différents webzines ou magazines sur internet qui diffusent les informations sur Apple (Gizmodo, TUAW, Mac4Ever, MacGeneration…; pour ne citer qu’eux), vous avez découvert ce qui semblerait être la prochaine version de l’iPhone. Autrement, vous serez sûrement surpris d’apprendre que l’iPhone 4 ou iPhone HD ou iPhone 4G (au plaisir), a déjà été dévoilé ou presque : le mystère demeure. Néanmoins, si je devais vous donner mon avis sur le design de ce prototype (voir photo ci-dessous), à vrai dire, je vois mal comment Steve Jobs pourrait préparer une keynote pour la sortie de l’iPhone et inviter tout le monde à cette présentation d’un produit que tout le monde aurait déjà vu ou aperçu sur Google Images.

Je crois qu’Apple illustre ce qu’est une entreprise qui développe sa notoriété sur des annonces qui deviennent des événements de par la nature de ces mêmes annonces. L’image d’Apple a beaucoup évolué, ce n’est pas la première fois que cette idée est exprimée sur Internet, mais l’entreprise est passé d’une base d’utilisateurs très spécifique (graphistes, photographe, dandy de l’informatique) à un public plus large et moins segmenté même si le facteur prix reste bien un critère de sélection fort avec parfois un sérieux effet Veblen : avoir un Mac, ça fait bien.

L’entreprise de Steve Jobs l’a bien compris. Susciter la rumeur est bon. C’est sa méthode principale et je suis surpris de la faiblesse de contenu sur le sujet au niveau de la recherche d’information par les rédacteurs de blog. En marketing, les coïncidences sont rares (on ne fait pas des choix stratégiques à l’aveuglette — enfin je ne crois pas) et cela signifierait que tout le mythe d’Apple repose uniquement sur le hasard des choses et des faits : peu probable. De plus,  la marque a une aura telle qu’elle dispose d’une armée de représentants fanatiques de ses produits qui font sa promotion pour elle, gratuitement : la boucle est bouclé.

Ce genre de méthodes de communication va tendre à se développer, c’est certain. Mais pour que cette communication soit efficace et efficiente, il est primordial que le produit soit à même de susciter de l’intérêt, qu’il ne soit pas attendu mais qu’il soit acheté voir pré-commandé avant même sa disponibilité… Et pour ainsi dire, il faut faire mieux qu’Apple.

Enfin ce marketing de la rumeur ne serait rien sans le marketing expérientiel (là encore où Apple se distingue), cela fera surement l’objet d’une autre synthèse sur votre blog préféré.

Auteur : Paul-Henri Brunet

Passionnément curieux et féru d'objets connectés. @phb sur Twitter.

1 réflexion sur « Apple ou le marketing de la rumeur »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.