Mon expérience MacBook

Cet article a été rédigé en mars 2009, il m’a paru intéressant de le publier de nouveau pour partager mes impressions après être passé de Windows à Mac OS nativement.

Depuis maintenant 4 mois (novembre 2008), un MacBook me suit partout et ce n’est pas lui qui va se plaindre. Retour sur mon expérience d’utilisateur nouveau venu dans l’univers Mac.

DÉCOUVERTE DU SYSTÈME MAC OS X : UN ATOUT INDÉNIABLE

Le gros défaut — ou qualité dirons certains — réside dans l’exclusivité du système d’exploitation d’Apple dans ses propres machines. De ce fait, il vous est impossible de goûter et de vous familiariser à l’environnement Mac OS si vous ne possédez pas votre machine. Cette politique a fait beaucoup de tort à Apple, réservant d’une certaine manière son univers à une catégorie d’individu du monde du graphisme entre autre. Alors avant d’acheter mon premier Mac en novembre dernier, un MacBook Unibody 13’’, j’avais testé  pendant plusieurs semaines ce que l’on nomme communément un « Hackintosh ». Cette méthode illégale consiste à installer un système « pirate » de Mac OS X sur un ordinateur classique (initialement prévu pour Windows). Au final, j’ai acheté un Mac, Apple a donc gagné un client — et je ne pense pas avoir été le seul dans mon cas —, alors pour ou contre, Steve Jobs ?

Effectivement, j’ai été conquis par la simplicité de l’environnement, ce côté intuitif qui fait que même un étranger aux nouvelles technologies s’y retrouve assez facilement. Quoi de plus absurde que de « Démarrer » pour éteindre l’ordinateur ?
Mac OS X jouit d’autre part d’une interface très travaillée en profondeur pour créer un véritable choix à l’utilisateur. A ajouter à cela de nombreuses fonctionnalités plus inédites les unes des autres et vous êtes ravis. OS X rend plus facile vos recherches à propos de votre ordinateur. Par exemple, pour trouver une information clé à propos de votre Mac comme la version de Mac OS X que vous êtes entrain d’utiliser ou les spécifications de votre système, vous sélectionnez le menu Apple et A propos de ce Mac. Et ainsi de suite. Il est important d’ajouter aussi que Mac OS X est plus sûr que Windows sur de nombreux points en matière de sécurité informatique.

MACBOOK UNIBODY : UN DESIGN UNIQUE EN UN BLOC

D’un point de vue esthétique, le MacBook n’a pas d’équivalent sur le marché des PC portables, soyons honnête. Entièrement confectionné en aluminium avec une coque en un bloc (le fameux concept Unibody), il est vraiment magnifique. Il ne passe pas inaperçu et on le remarque.
A noter que j’avais eu quelques problèmes de bruit dû au cache de la batterie pendant un certain temps (un mauvais positionnement sûrement) : ils ont maintenant disparu.

Seul reproche souvent évoqué par les journalistes et utilisateurs : l’écran brillant. Il crée un réel plaisir visuel mais dès que vous travaillez dans un environnement très lumineux ou que vous avez un puits de lumière au dessus de vous, vous rencontrerez des difficultés à percevoir votre écran à LED rétro-éclairé…

Autre aspect technique du design, le trackpad en verre. C’est un vrai atout de ce MacBook : le trackpad dispose d’un mode d’interaction Multi-Touch permettant un contrôle précis du curseur. Il octroie entre autre la réalisation de gestes de défilement à deux doigts, de pincement, rotation, balayage à trois et quatre doigts, tapotement, double tapotement et glissement (d’après Apple.com). Je vous avouerais que je n’utilise pas au quotidien toutes ses fonctionnalités mais elles s’avèrent très efficace.

MON MACBOOK EST BEAU MAIS PAS SEULEMENT.

La dernière mise à jour du matériel est bien sûr dans ce modèle MacBook Unbiody 13’’ 2008-2009. De mon côté, j’ai opté pour un modèle Intel Core Duo 2 2,4 GHZ  — contre 2 GHZ pour le modèle d’entrée de gamme. Mon modèle dispose de 2 Go de mémoire (SDRAM DDR3) ; J’envisage d’ailleurs d’augmenter ma mémoire à 4 Go… Avec 250 Go d’espace disque, vous comblerez vos envies facilement !

Côté graphisme, il embarque enfin une vraie carte graphique Nvidia (NVIDIA GeForce 9400M) qui vous permettra de jouer à des jeux assez récent plus que confortablement. Pour avoir jouer quelques heures à World of Warcraft ou Call of Duty 4, il s’avère être plus qu’agréable. Ce MacBook est vraiment une plate-forme multimédia complète, c’est un réel plaisir.
(Voir les caractéristiques complètes sur la page produit Apple)

MON MACBOOK JE L’EMÈNE PARTOUT

Un portable est avant tout une machine pour agrémenter ses déplacements. Effectivement, j’emmène mon MacBook quasiment partout. Accompagné d’une jolie pochette, son poids est plus que raisonnable. En effet, il ne pèse que 2,04 kg, il n’est ni trop lourd ni trop léger. Au niveau de l’autonomie, il est annoncée 5 heures de productivité sans-fil mais la réalité est un peu différente. Mon utilisation courante m’amène en général entre 3 heures et 3 heures 30 sachant que je surf en même temps que de rédiger des documents Word, que je converse sur Windows Live Messenger / iChat etc. Le MacBook Unibody 13’’ présente donc de bon arguments liant puissance, autonomie et mobilité.

CONCLUSION

En conclusion, parmi les regrets que je peux énoncer, il s’agit bien évidemment de l’autonomie qui est très variable selon votre utilisation plus ou moins intensive du processeur et de la carte graphique (sollicitant logiquement davantage la batterie) ; il est à noter que c’est en effet cette même carte graphique qui est la cause de cette « perte » d’autonomie par rapport aux anciens modèles.
Au final, je suis convaincu de l’acquisition de ce Mac, il constitue pour moi un atout indéniable surtout lorsque l’on utilise les vrais outils Mac comme la suite iWork avec le fameux Keynote (équivalent de Microsoft PowerPoint produit par Apple) qui vous permet de réaliser des présentations remarquables et bien supérieures à celle de Windows.
Concernant le produit Apple en lui-même, j’ai souscris à un Apple Care Protection Plan (249€, protection du produit pendant 3 ans) ce qui va me permettre de profiter de mon Mac en toute sécurité, un autre avantage Apple remarquable.

Auteur : Paul-Henri Brunet

Passionnément curieux et féru d'objets connectés. @phb sur Twitter.

Laisser un commentaire