Coast, le navigateur le mieux adapté à votre iPad ?

Si vous possédez un iPad, l’éditeur norvégien Opera vient de lancer ce 9 septembre un nouveau navigateur web, Coast. Sa particularité ? Il a spécialement été conçu et pensé pour l’iPad selon ses créateurs.

Coast by OperaLongtemps dominé par Safari, le monde des navigateurs natifs pour la tablette à la pomme a évolué avec l’arrivé d’Opera, puis plus récemment avec Google Chrome sur iOS. Toutefois, plusieurs navigateurs ont déjà tenté de supplanter la suprématie bien légitime de Safari (Skyfire, Maven Web, Dolphin ou encore Opera Mini), avec chacun leurs particularités sans pour autant détrôner le roi. En effet, Safari est par définition le navigateur par défaut du système mobile d’Apple; de fait il est impossible de modifier cet état sauf au sein de certaines applications dont celles de Google, telles que Gmail ou encore Google Drive qui permettent de choisir l’ouverture des liens vers d’autres applications de l’écosystème Google.

Dans ce contexte, Opera mise sur une interface intuitive et résolument simpliste (au sens propre) pour propulser le contenu.

Une expérience disruptive pour une navigation web intuitive

Coast dispose d’une interface épurée dont l’essentiel de l’expérience se situe au niveau des vignettes ou cards. Grâce à cet affichage mosaïque et des gestuelles tactiles, l’application vise à faciliter la navigation tactile et son utilisation. Aucune nouveauté majeure en terme d’expérience utilisateur (UX) puisque les gestes sont connus de tous, déjà usités par Google ou Microsoft mais c’est ce qui fait tout son intérêt. Avec une interface utilisateur (UI) réduite à son essentielle, on retrouve uniquement un bouton « Home », soit le retour à l’accueil avec des vignettes et un bouton en bas à droite, ce dernier vous permet de consulter les pages ouvertes ou en cours d’utilisation (ndlr. voir la deuxième capture d’écran).

En effet, plutôt que d’utiliser les classiques marques-pages, Coast met en scène une grille d’icône à la manière de l’écran d’accueil d’iOS avec de larges icônes pour les sites les plus visités. En outre, le navigateur ajoute automatiquement une liste des sites visités récemment au bas de l’écran d’accueil afin de les ajouter dans vos favoris.

Écran accueil du navigateur Coast par Opera
Écran accueil du navigateur Coast par Opera

En sus, Opera met en avant 3 raisons qui ont pour objectif de vous faire adopter Coast ou au moins tester cette nouvelle application :

Chaque élément de Coast a été minutieusement conçu pour l’iPad. Il ne s’agit pas simplement d’une interface mobile adaptée aux tablettes.

Capture d'écran de Coast by Opera
Capture d’écran de Coast by Opera

Coast est agréable à utiliser et à regarder, et il repose sur des mouvements de balayage intuitifs.

Coast par Opera ne dispose d'aucun bouton pour naviguer
Coast par Opera ne dispose d’aucun bouton pour naviguer

Coast intègre de nombreuses nouvelles technologies que nous avons inventées pour garantir votre sécurité.

Coast affiche la sécurité des sites
Coast affiche la sécurité des sites

Parmi les fonctionnalités intéressantes, on notera la possibilité de partager un contenu (rien de nouveau en soi ici) par e-mail avec une vignette de l’aperçu généré à partir de la visualisation en cours, un petit plus mais qui a son utilité en guise de prévisualisation.

D’un point de vue technique, jusqu’à présent l’accélération JavaScript offerte par iOS est exclusivement réservée à Safari. Pour l’utilisateur, l’impact se ressent sur la rapidité d’exécution lors de l’affichage d’une page web, Safari sera toujours le plus rapide… Pour avoir effectuer des tests sur iOS 7 (beta), la différence se fait quelque peu sentir.

Un outil pour sublimer les expériences web des marques

Ainsi, l’application développée par Opera pourra vraisemblablement jouer son avenir dans la présentation d’interface web ou d’applications par son design attrayant et sa mise en forme du contenu. Elle met justement en valeur les contenus associés et il ne fait aucun doute qu’on verra rapidement des versions « branded » de sites de marque au sein de Coast.

Vous pourrez en découvrir davantage sur coastbyopera.com/fr.

Instantané #1 : tout ce que vous devez vraiment savoir ce lundi

Tout ce que vous devez vraiment savoir ce lundi dans l’actualité Digital Marketing

C’est la rentrée ! Nouveau format de publication pour une lecture du matin plus efficace. N’hésitez pas à me contacter en direct via Twitter @phb pour échanger !

Événement Apple

À ne pas manquer ce mardi 10 septembre : à partir de 19h (heure française) Keynote de rentrée pour Apple avec, si les rumeurs le confirment, un nouvel iPhone 5S (évolution de l’iPhone 5) et enfin un iPhone 5C. L’idée ? Un téléphone d’entrée de gamme pour conquérir les marchés émergents et faire face au géant Samsung. Selon certaines sources, des campements auraient déjà été observés autour de l’Apple Store 5ème Avenue à New York.

Apple iPhone 5S Champagne
Apple iPhone 5S Champagne : probablement une nouvelle couleur pour le prochain iPhone

Passbook devient une véritable marque aux États-Unis

Si vous n’utilisez toujours pas le portefeuille dématérialisée proposé par Apple, Passbook, sachez pourtant que de plus en plus de marques se mettent à l’utiliser (Air France a récemment mis à jour son application). Apple est devenu depuis peu une marque déposée après un dépôt effectuée par Apple en novembre 2012 auprès du US Patent & Trademark Office.

Publicité sociale : la monétisation se confirme sur Instagram.

Fort de ses 150 millions d’utilisateurs actifs sur son app mobile Instagram (racheté en 2012), Facebook vient d’annoncer le lancement d’une offre publicitaire sur le réseau de partage photos. Présentation de l’offre en 2014. Comment ? Instagram proposera vraisemblablement du contenu sponsorisé à la manière des Sponsored Stories dans les flux de photos / vidéos ou encore des contenus mis en avant dans l’onglet « Discover » (à la TumblR »). Tout l’enjeu pour Instagram ? Incorporer les messages des annonceurs mis en avant tout en conservant l’aspect cool : le challenge est de taille.

Concours #4Gbattle : un Nokia Lumia 925 et un abonnement 4G en test

Si vous habitez Paris, Bordeaux ou Marseille, vous pouvez devenir l’un des 300 privilégiés à avoir la chance de tester la 4G d’Orange. Nokia, en partenariat avec Orange lance un jeu concours pour tester le dernier Microsoft Nokia et son réseau mobile 4G. Quoi ? Orange vous prête pendant 15 jours le tout dernier Nokia Lumia 925 et un abonnement 4G Orange. Comment ? A vous de tout faire pour les gagner : les tester, les montrer, en parler sur les réseaux sociaux. Bonus ? Vous serez 30 à repartir avec le Nokia Lumia 925 et un an d’abonnement 4G Orange. Inscription avec Facebook et Twitter sur 4gbattle.com

Dataviz à re-découvrir après le Tour de France : 100 ans de tour

Fan de vélo ? 100 ans de Tour vous permet de revivre l’histoire de la Grande Boucle avec toutes les étapes, classements et bien d’autres données.  Ce projet de data-visualization a été réalisé dans le cadre d’un cours à HETIC (Haute Ecole des Technologie de l’Information et de la Communication). 100 ans de données à parcourir entre classements, parcours ou encore coureurs de légende. La promesse ? Année par année le visiteur manipule les données d’une façon ludique et interactive.

À découvrir sur 100ansdetour.fr

Top 5 des sites de banque en France

  1. Crédit Agricole,
  2. Caisse d’épargne,
  3. La Banque postale,
  4. Crédit Mutuel,
  5. Société Générale

Le site de votre banque est-il « populaire » ? Médiamétrie (Netratings) publie le top 5 des sites de banque en France. En juillet 2013, près de 48,7 millions de Français se sont rendus sur le site de leur banque. Sans trop de surprise révèle le JdNet, ce sont les banques traditionnelles qui dominent ce classement au sein duquel ne figure aucun pure playerPourquoi ? On suppose que les utilisateurs mobiles n’auraient pas été inclus dans le calcul si l’on en croit le succès des apps mobiles de la BNP et de la SocGen’ ou l’absence de pure players. Courage !

L’app mobile à tester avec ses amis : Who Wanna, the activity socialyzer

Aperçu de l'application Who Wanna sur iOS 6
Aperçu de l’application Who Wanna sur iOS 6

Concept : L’interface composée de 6 icônes représentant les activités les plus courantes de socialisation (prendre un verre, faire une exposition, aller au cinéma, partir une soirée, faire du sport, aller au restaurant) vous permet de proposer des activités lorsque bon vous semble. Vos amis en sont alors avertis, vous pouvez voir qui est intéressé et ainsi les contacter directement pour vous retrouver. Comment ? Après avoir synchronisé votre compte Facebook et entré votre numéro de téléphone, il suffit de sélectionner les amis avec qui vous voulez interagir. De nombreuses mises à jour sont d’ores et déjà prévues fin septembre pour incorporer de nouvelles fonctionnalités. Télécharger l’application sur l’App Store Who Wanna ou Google Play.

 

Bonne semaine à tous.

Marketing Mobile : Passbook pour les annonceurs et les utilisateurs

Icône de l'application Passbook sur iOS 6
Icône de l’application Passbook sur iOS 6

Intégrée au système d’exploitation mobile iOS, Passbook est l’une des dernières fonctionnalités proposées à ses clients par Apple, au profit des marques et de leurs clients. Sous la forme d’une application native, exclusivement disponible avec la mise à jour iOS 6, Passbook correspond à un porte-carte virtuel où cartes d’enseignes, bons de réduction et autres éléments de programmes de fidélité pourront être stockés sur votre téléphone intelligent.

Tout ce que vous devez savoir sur la dernière application développée par Apple, Passbook.

Passbook, le porte-carte virtuel par Apple

Passbook est tout « simplement » votre porte-feuille digital sur votre iPhone, synchronisé via iCloud entre votre Mac et votre iPhone ou iPod. L’application vise à conserver tous les papiers et les biens que vous trouveriez usuellement dans votre porte-monnaie. En outre, tout ce qui comporte un code barre pourrait être ajouté dans Passbook.

Il arrive souvent que la firme à la pomme réplique des concepts ou des fonctionnalités d’apps existantes dites tierces ayant un réel intérêt pour les utilisateurs. Par le passé, cela a déjà été le cas avec l’application « Rappels » ou encore la plus récente « Liste de lectures » au sein du navigateur Safari. Avec Passbook, c’est plus ou moins la même histoire. Dans ce contexte, FidMe ou encore Fidall, deux apps leaders de la dématérialisation des cartes en France, vont devoir imaginer de nouvelles fonctionnalités pour susciter encore un intérêt à leur base d’utilisateurs fidèles;  FidMe revendique quant à lui plus d’un million d’utilisateurs.

Enfin, il parait important de rappeler que vous ne trouverez pas l’icône Passbook sur votre tablette tactile préférée car Passbook n’est pas disponible pour iPad. La raison la plus probable ou supposée est la non-practicité de l’application liée au format tablette de 9,7 pouces, mais potentiellement aussi à l’usage limité d’une tablette en situation d’achats. Avec l’iPad Mini peut-être ?

Les fonctionnalités de Passbook

Avant toute chose, sachez que Passbook n’a pas la prétention — pour l’instant du moins — d’être un système de paiement mobile à proprement parlé, comme peuvent l’être Square, Paypal ou encore Google Wallet. La frontière est pourtant bien mince.

Le véritable intérêt de l’application réside dans son accessibilité. En effet, l’app Passbook est installée par défaut sur l’écran d’accueil de l’iPhone 3GS, 4, 4S ou encore le dernier iPhone 5. Pour l’utilisateur, cela sous entend que l’application est disponible sans aucun effort de téléchargement contrairement aux autres applications disponibles sur la boutique d’applications App Store. En outre, Passbook étant considérée comme une application mobile native sur le téléphone, elle profite aussi de fonctionnalités accrues telle que la géolocalisation passive ou les notifications sur l’écran verrouillé, sans aucune limite. D’autre part, l’intégration avec le calendrier est également de la partie pour faciliter la gestion des contenus pour le client final.

Passbook est bien plus qu’un simple porte-feuille dématérialisé

Les tickets et cartes sont géolocalisables et permettent ainsi d’interagir en fonction d’un lieu mais aussi en fonction d’une date ou une fois une période de temps écoulée. Les marques sont en mesure de configurer leurs éléments pour être affichés sur l’écran verrouillé de l’utilisateur « au bon moment, au bon endroit ». Cette notion de geofencing est chère aux marques puisqu’elles savent que leur temps d’attention est limité, tout comme l’acceptation de leurs cibles.

La force essentielle de Passbook ? Ses mises à jours passives, c’est-à-dire, sans que l’utilisateur n’ait pas besoin d’effectuer une action : la simple possession d’un coupon ou d’une carte de fidélité au sein de Passbook permet de mettre à jour le contenu en temps-réel en 3G ou WiFi. De plus, la distribution des « pass » se fait par e-mail, web ou directement depuis une application externe (celle de l’annonceur par exemple). c’est notamment ce que propose Sephora.

Passbook pour les marques et enseignes

Ainsi, Passbook peut être utilisé pour attirer les clients dans leur magasin grâce à la géolocalisation dès lors que les utilisateurs inscrits (équivalent à un opt-in classique) se trouveront à proximité. En outre, Passbook jouira d’une adoption globale aisée tant l’outil ne nécessite aucun investissement préalable (les scanners de codebarre sont existants dans tous les magasins pré-existants ou presque, contrairement à la technologie NFC). Enfin, les distributeurs peuvent créer des coupons qui incorporeront cette sensibilité du temps dans le but d’engager et de suggérer à leur clients de venir réclamer des réductions durant une temps limité : un moyen de créer du trafic vers et dans le point de vente.

Aux États-Unis, la filiale Sephora propose à ses clients du programme de fidélité BeautyInsider de profiter des fonctionnalités Passbook grâce à l’application « SephoraToGo ».

Sephora To Go avec support de Passbook
Sephora To Go avec support de Passbook

En ajoutant leur carte « Beauty Insider » au sein de Passbook, les clients et clientes pourront découvrir et scanner dans le magasin pour gagner et récupérer des points de fidélité. L’enseigne leur propose aussi de vérifier leur nombre de points et être au courant des nouveautés à venir : un nouveau canal de communication en quelque sorte. Sephora a également prévu une carte cadeau virtuel, mise à jour en temps-réel.

Lire l’article complet sur le blog de Sephora

Ce que Passbook ne fait pas pour l’instant

Parce que l’iPhone 5 (ou encore l’iPhone 4, 3GS etc) ne sont pas dôtés d’une technologie NFC, vous ne pourrez jamais pénétrer dans le bus ou le métro parisien en passant votre téléphone sur une borne. Pourtant, Amtrak a déjà décidé d’utiliser la technologie pour ses cartes de transport : un système un peu différent du nôtre puisqu’il n’existe pas d’équivalent au Pass Navigo, à l’inverse il s’agit plutôt de cartes magnétiques rechargeables : plus adaptées au modèle proposé par Apple, Passbook.

Peu d’applications sur l’App Store français permettent d’ores et déjà d’utiliser pleinement Passbook sur iPhone. Mais comme chaque nouveauté qui incorpore cet OS, le nombre d’applications tierces ou de services utilisant Passbook reste très marginal à sa sortie mais gageons que l’imagination des annonceurs nous surprendra les prochaines semaines. Au final pour le consommateur, cette app native facile à utiliser ne nécessite pas de réfléchir à la technologie employée et c’est déjà beaucoup. C’est d’autant plus vrai à l’heure où Samsung rencontre des problèmes de sécurité liés à la technologie NFC sur ses téléphones.

Liens externes sur Passbook

Ping : premier échec d’Apple dans le web social

Malgré les 160 millions d’utilisateurs iTunes, Ping, le réseau social fait pour la musique par iTunes, n’a pas su conquérir le cœur des mélomanes à iPod. La tentative d’Apple serait même sur le point d’être purement et simplement supprimée lors de la prochaine mise à jour de version du système d’exploitation iOS 6, prévue pour cet automne.

La plateforme sociale Ping ne sonnera plus sur iTunes. Ping constitue le premier vrai échec d’Apple dans l’univers des plateforme web ou des médias sociaux. Il avait pourtant l’occasion de frapper fort.

Apple envisage de clôturer Ping d’ici la fin de l’année 2012

Annoncé et lancé en septembre 2010, Ping est alors décrit comme la rencontre entre Twitter et Facebook avec le logiciel iTunes. Le défunt Steve Jobs ira jusqu’à dire à propos de cette plateforme sociale les mots :

It is like Facebook and Twitter meet iTunes […] It is not Facebook. It is not Twitter. It is something else we’ve come up with. It’s all about music.

Avec un réseau social dédié à la musique intégrant une plateforme marchande (avons-nous le besoin de rappeler que l’iTunes Store est la première boutique de musique en Europe ?), Ping se situait au cœur de la relation entre les artistes et leurs fans, avant même l’acte d’achat. Cependant, le concept Ping restreint aux comptes iTunes n’a jamais été suffisamment ouvert — et c’est là tout le paradoxe, car accessible et utile pour plaire aux masses. Mais deux ans après son lancement, le service a été mis en retrait par rapport aux autres services proposés par Apple et ceci, malgré son intégration avec Twitter.

Spotify, en avance sur le pari de la plateforme communautaire musicale

S’il est indéniable que l’interface de Spotify reprend de nombreux éléments propres à celles du logiciel iTunes, la dimension de partage est plus immédiate grâce à son relais instantanée de la lecture en streaming. En effet, cela ne vous aura sans doute pas échappé, depuis son rapprochement avec Facebook, Spotify jouit d’une visibilité majeure au sein de la Facebook Timeline.

Et contrairement à Spotify, Ping n’avait pas pu profiter de cette intégration Facebook avec l’Open Graph : l’accord n’ayant pas abouti du fait de « conditions onéreuses qu’Apple ne pouvait pas évidemment pas accepter » à l’époque, selon des sources concordantes. Spotify aurait donc battu Apple sur le plan de la musique « sociale » mais la start-up suédoise est loin d’avoir atteint le CA de l’iTunes Store (plus d’un milliard de CA en Europe pour 2011)

Pourquoi chercher à créer cette espace « communauté »?

Le contexte numérique rend l’usage musical plus interactif et donc pédagogique. Les progrès technologiques de la gestion de contenu et des dispositifs d’accès à l’information ont fait évoluer les moyens de diffusion et de communication. Dans ce contexte, il est donc essentiel de rester en phase avec les évolutions récentes. On a jamais autant consommé de musique durant ces 5 dernières années qu’il n’eut été possible de le faire auparavant.

Comme la consommation de musique est rendue de plus en plus aisée via le streaming et autres services en ligne contenant des millions de pistes (Spotify, YouTube, Rdio, Rhapsody, etc.), il est nécessaire pour un distributeur de musique d’avoir un réel impact sur les contenus et la culture. C’est d’autant plus vrai que les plus jeunes  fans de musique ne connaissent la musique que comme étant quelque un bien immatériel, disponible en ligne, toujours accessible et illimité : ils ont grandit dans ce mode de pensée et de consommation.

Malheureusement, le service Ping s’est retrouvé au point mort après le seuil d’un million de membres à travers 23 pays (somme tout modeste par rapport aux 400 millions de comptes sur l’iTunes Store).

Le mois dernier, Tim Cook, actuel PDG de la firme à la pomme, s’est exprimé à propos de Ping :

“We tried Ping, and I think the customer voted and said, ‘this isn’t something that I want to put a lot of energy into’ I don’t know if Ping will survive. We’ll look at it.”

Apple cherche donc d’autres solutions pour mener une stratégie digitale autour du social, et celles-ci viendront seulement de l’extérieur, avec par exemple Facebook et Twitter intégrés au nouvel iOS. iTunes reste pour autant une simple interface multimédia pour ses utilisateurs historiques, possesseurs de Mac, iPhone, iPod et autre iPad.

La page dédiée à iTunes Ping sur le site officiel d’Apple : apple.com/fr/itunes/ping/

Co-écrit avec Victorien Sanson

Le Prix, toujours variable centrale du Mix Marketing mobile

Tout ce que vous devez savoir sur les usages App Store et les comportements des possesseurs iPhone, iPad ou iPod touch

Tout ce que vous devez savoir sur les usages liés à la boutique d’applications d’Apple, l’App Store et les comportements des possesseurs d’iPhone, iPad ou iPod touch.

S’il est évoqué qu’Apple détiendrait 20% de part de marché sur le marché de la téléphonie mobile, il est indéniable que les produits de la firme à la pomme ont la côte auprès des français pour la qualité de leur expérience utilisateur notamment grâce au catalogue d’applications disponibles : plus de 550 000 applications à ce jour pour 25 milliards de téléchargements (données au niveau mondial).

Usages et comportements des utilisateurs de l'App Store
Usages et comportements des utilisateurs de l'App Store

Dans ce contexte, l’App Store devient un véritable « canal de communication » pour la marque. Bien que propriétaire, les marques ont tout intérêt à être présent sur ce support pour s’exprimer mais ne doivent pas pour autant négliger les enjeux. Découvrez les usages et comportements des utilisateurs de l’App Store grâce à cette étude.

Continuer la lecture de « Le Prix, toujours variable centrale du Mix Marketing mobile »