« Le buzz est mort, vive l’influence ! »

Cette citation tronquée de François Kermoal, Directeur de la rédaction de Stratégies, évoque l’évolution concernant les usages des médias sociaux en politique et pour les décideurs de façon générale, connectés avec les médias dit offline.

Lundi soir, j’ai eu la chance d’assister à une conférence avec Vincent Ducrey (@vincent_ducrey), conseiller en communication Internet au sein du gouvernement — auprès de Luc Chatel, Ministre de l’Éducation Nationale et Porte-parole du Gouvernement. Une chance, oui, car je suis en pleine élaboration d’un exposé sur l’utilisation des médias sociaux en politique — que je partagerais évidemment sur SlideShare le moment venu.
Associée à la récente sortie de son livre Le guide de l’influence, la thématique portait à cette occasion, sur l’enjeu des réseaux sociaux en politique avec le militantisme et notamment dans l’optique des prochaines élections présidentielles.

Au programme, l’analyse des 16 canaux par lesquels l’information circule en s’inscrivant dans une logique de temporalité via cette discipline que constitue le Hub Management. Le « hub » désigne ce cône d’influence qui concentre l’influence globale; Son univers est constitué de l’ensemble des relais de transmission de l’informations (tous supports confondus) hiérarchisés en son sein. La structure du hub est complexe, il convient alors d’identifier son univers médiatique pour mieux le maîtriser.

Appliqué à la communication et aux médias, le hub est une cartographie des relais médiatiques qui font l’influence autour d’une marque.

Pour analyser votre influence et veiller à alimenter cette influence. Le hub management répond à ces problématiques. Il se définit comme une méthode de gestion de l’information en temps réel à destination des décideurs, dans le cadre d’une stratégie de communication intégrant les médias traditionnels et les nouveaux médias (d’après le site Hub-management.org). Suite à l’analyse de l’écosystème, vous aurez à utiliser des outils parmi les 101 listés dans l’ouvrage pour agir dans ces sphères médias.

Dans ce contexte « politique » (tant au sens strict qu’au sens usuel), chaque individu ou militant est une source d’information de la réalité du terrain, une vision supplémentaire par rapport au journalisme dit local, de proximité. Dès lors, il s’agit d’une vraie responsabilité pour le militant d’émettre l’information, de la partager : capitaliser chaque élément physique, donner vie à ses même éléments en ligne, sur Internet. Serait-ce alors l’essor du journalisme citoyen ? Pas vraiment, surtout si l’on considère que les sphères médias « politique » ont pour simple objectif l’enjeu électoral-iste.

À titre d’information, Nathalie Kociusko-Morizet est la ministre la plus active sur la plate forme de microblogging Twitter. La Secrétaire d’État chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique, a certes, un légitime intérêt pour ces nouveaux usages liés au web. Mais NKM alias @NK_M sur Twitter, mêle à la fois partage d’informations sur l’évolution de ses actions, actualités gouvernementales et contenus plus personnelles : une véritable démonstration de Hub management (complété par son blog, ses interventions dans la presse etc.)

Informations sur le livre

Le guide de l’influence, par Vincent Ducrey
Éditions Eyrolles, 320 pages

Sources & liens utiles :

– Le site de l’ouvrage / Le guide de l’influence, guide-influence.com
– Hub Management / hub-management.org
– Comment les Ministres utilisent-ils Twitter? (étude de septembre 2009) 2803media.fr/twitter-ministres/

Auteur : Paul-Henri Brunet

Passionnément curieux et féru d'objets connectés. @phb sur Twitter.

1 réflexion sur « « Le buzz est mort, vive l’influence ! » »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.