La guerre des Post-it n’aura finalement pas lieu

Retour modeste sur la post-it war, ou comment pour 3M, la guerre n’a pas vraiment eu lieu.

Retour modeste sur la Post-It War, ou comment pour 3M, cette guerre n’a pas vraiment eu lieu.

La guerre des Post-it n'aura finalement pas eu lieu
La guerre des Post-it n'aura finalement pas eu lieu

La « Post-It War » n’a pas déclaré de vainqueur mais plutôt un grand perdant : la marque commercialisant ces post-it, soit 3M.

Bien que certains groupes aient interdit leurs employés de contribuer à l’effort de guerre, l’écho médiatique a été tel que la situation a même été relayée par les médias dit traditionnels, BFM en tête mais également la radio et les magazines en ligne.

Si vous êtes resté déconnecté du monde digital en cette période estivale — et vous auriez eu bien raison — vous avez peut-être loupé cette nouvelle activité de combats entre entités qui vise pour ces entreprises, à réaliser les plus belles représentations en pixel art à base de post-it lors de leur pauses déjeuners. L’épisode communication corporate du moment en quelque sorte. Mais le plus marquant a quand même été celui entre les communicants de BNP Paribas et les créateurs de jeux vidéo d’Ubisoft — débuté dès le mois de mai.

La non-réactivité de la marque cache-t-elle une véritable stratégie ?

3M a clairement manqué d’opportunisme : aucune exploitation ou aucune stratégie autour de ces manifestations. Vous en conviendrez assez facilement, il est compliqué de créer de l’affinité autour d’une petite feuille de papier autoadhésive amovible. En effet, il eut été habile de profiter du bruit créé autour de cet outil en papier bien pratique pour développer une stratégie de Brand content en surfant sur la vague, avec modération.

Certains exprimerons l’idée que la marque a préféré respecter ses utilisateurs tout en suivant de près son actualité : aucun message Facebook n’avait été posté durant l’explosion du phénomène en France (fin juillet – début août).

Un blog a même été développé pour l’occasion, afin de suivre le conflit de l’extérieur mais il ne s’agit en aucun cas d’une initiative propre au groupe 3M : postitwar.com. Créé semble-t-il par Gustibus et Coloribus, agence conseil en communication digitale (d’après le site du même nom). La page Facebook associée compte déjà plus de 12 000 fans.

Au-delà du simple aspect quantitatif qui aurait pu être profitable pour 3M, il est plutôt aisé de remarquer le manque à gagner par rapport au ramdam généré.

Enfin, créer des graphismes en post-it peut alors s’avérer très simple avec le Post’it creator. Si vous souhaitez voir le résultat en images, rendez-vous chez L’Internaute.

Auteur : Paul-Henri Brunet

Passionnément curieux et féru d'objets connectés. @phb sur Twitter.

3 réflexions sur « La guerre des Post-it n’aura finalement pas lieu »

  1. Il semble que la marque tente un relais sur FB http://www.facebook.com/postitfrance
    J’aurais tendance à comprendre leur frilosité, après tout la post-it war c’est avant tou un bon gros gaspillage de produits. Pas facile d’imaginer une opération au débotté qui soit à la fois tactique et positive pour la marque. 

    1. Bonjour Fouapa,

      L’idée c’était justement de dire que la marque a peut-être réagi mais bien après ce qui ne démontre pas (sur le papier du moins) une grande réactivité…
      Quoi qu’il en soit, je te suis lorsqu’il s’agit de dire qu’une réaction aurait peut-être été très mal accueillie notamment en ce qui concerne les économies de papier…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.