USA : Louis Vuitton dévoile son m-commerce en vidéo

M-COMMERCE, LUXE — Les américains pourront désormais acheter leurs produits Louis Vuitton préférés du bout des doigts. À l’aide d’une vidéo publiée sur YouTube, la maison française annonce lancer la fonctionnalité « m-commerce » de son site mobile.

L’univers de la Maison Vuitton en « Responsive Design »

Optimisé pour mobiles et tablettes, ce site m-commerce dit « Responsive » se veut être l’interface pour acheter les produits et rentrer en contact avec la marque en situation de mobilité ou à portée de main. Aucune référence n’est laissé de côté. En effet, l’ensemble de la collection (Femmes et hommes) est disponible au sein du catalogue : sacs, accessoires, chaussures, horlogeries, joailleries ou encore des livres.

À première vue, les codes du luxe sont respectés. Les fiches produits sont complètes et ne laissent rien au hasard. Les détails vont jusque dans les photographies des produits; il est possible de zoomer avec un niveau suffisant pour s’imaginer le produit en main (pour un portefeuille par exemple). En sus, la maison Vuitton met en avant l’approche servicielle et utilitaire de sa plateforme avec la disponibilité de conseils téléphoniques – des boutons d’actions sont bien visibles.

La qualité des images sur mobile permet de mieux s’approprier les produits.

En ce qui concerne le parcours d’achat, celui-ci reste proche à l’expérience web classique pour un visiteur non reconnu. En outre, vous pourrez également sauvegarder les produits qui vous intéressent dans votre « panier d’achat » qui, à l’aide d’un compte MYLV, vous permet de retrouver ces produits sur n’importe quel appareil (ordinateur, autre téléphone, tablette…).

Louis Vuitton M-commerce avec un iPad
Louis Vuitton M-commerce avec un iPad

À noter que la version française du site ne dispose pas de la plateforme e-commerce, vous êtes uniquement en mesure de parcourir la collection ou encore localiser les boutiques à proximité (Store locator).

Site mobile à découvrir depuis votre appareil connecté sur m.louisvuitton.com

Lien externe vers la vidéo : youtu.be/3D_7rjixsLU

CrowdRoaming : un accès internet gratuit sur votre mobile à l’étranger

Après le crowdsourcing et le crowdfunding, découvrez le « crowdroaming » avec une application Android pour vous connecter gratuitement lors de vos déplacements à l’étranger.

En créant la bande passante « sociale » au travers d’un néologisme, CrowdRoaming vise à faire du coût de l’échange de données mobiles en déplacement un élément du passé. Comment ? En transformant un smartphone en un point d’accès WiFi gratuit via le réseau mobile.

CrowdRoaming
CrowdRoaming

CrowdRoaming utilise la puissance du mobile avec l’accessibilité d’une application

Créée aux Pays-Bas, CrowdRoaming se présente comme une communauté innovante basée sur l’idée de réduire significativement le coût d’accès à internet via un smartphone à l’étranger. Les utilisateurs locaux, autrement nommés « CrowdRoamers », transforment leur téléphone en point d’accès mobile gratuit grâce à leur forfait non utilisé. Ainsi, ils offrent l’opportunité à des voyageurs étrangers de se connecter gracieusement.

En misant sur l’aspect communautaire grâce à la mise à disposition d’une commodité inutilisée, l’application mobile CrowdRoaming applique les règles de la consommation collaborative sur une logique de partage en situation de mobilité.

Comment CrowdRoaming fonctionne ? Donnez et profitez!

Une fois l’app installée, vous devez activer le mode de partage de connexion pour une limite donnée, proportion de votre quota de données mobiles. L’application qui fonctionne en tâche de fond cherche automatiquement des téléphones à proximité pour leur permettre de profiter de l’accès. La sécurité n’est pas encore soulevée mais il sera intéressant de pouvoir être certain de son niveau de complexité — bien que mentionnée ici. On sait d’ores et déjà que votre smartphone n’en souffrira pas (en terme de bande passante en tout cas, pour la batterie c’est moins sûr) : l’utilisateur demandeur, membre de la communauté, jouira uniquement du montant alloué par le point d’accès.

Télécharger CrowdRoaming
Télécharger CrowdRoaming

Disponible gratuitement sur Android

L’application mobile est téléchargeable dès à présent sur le Google play store : play.google.com (lien direct)

Plus d’informations sur crowdroaming.com

 

 

SFR Shopping : le comparateur mobile générateur de trafic en magasin

Application SFR Shopping
Application SFR Shopping

40% des mobinautes utilisent leur téléphone dans un magasin ou un centre commercial (Observatoire des écrans connectés GroupM, 2013).

Le 2ème opérateur télécoms français annonce le lancement d’une application mobile (disponible actuellement sur Android et iOS) comme « aide précieuse » pour le consommateur dans sa décision d’achat.

SFR Shopping est une application permettant de comparer les prix des produits à la fois chez des marchands en ligne et dans les enseignes et magasins à proximité (géolocalisation). Comparateur de prix en ligne mais également en point de vente, SFR Shopping se veut être un outil précieux pour aider le consommateur dans sa décision d’achat en pleine exposition au phénomène showrooming pour les marques.

Affichage d'une page produit sur SFR Shopping (iOS)
Affichage d’une page produit sur SFR Shopping (iOS)

Une app mobile intégrant comparateur de prix, disponibilité produits et promotions magasins

À l’instar de l’app Amazon ou « Qui est le moins cher », l’objectif de l’application est de présenter les meilleures promotions à proximité avec comme promesse affichée de « faire une bonne affaire au moment de l’achat ». Pour tenir cet engagement, SFR Régie a fait appel à des partenaires extérieurs visant à garantir au client l’information la plus pertinente.

Avec 27% des utilisateurs utilisent leur mobile pour comparer les prix (Observatoire des écrans connectés GroupM 2013), SFR a décidé d’intégrer LeGuide.com, 1er comparateur de prix en ligne en Europe, qui apporte un catalogue de 20 millions de produits au sein de l’application. En plus, le contenu de la startup SoCloz.fr permet d’informer l’utilisateur sur la disponibilité et les prix des produits dans les magasins qui l’entourent avec l’outil Store locator et Product locator. Enfin, Plyce proposera des promotions géolocalisées directement au sein de l’app avec 20 000 bons plans dans toute la France, d’après le communiqué de presse.

Pour le moment, l’application ne semble pas intégrer  les avis consommateurs issus des médias sociaux (Facebook et Twitter en tête) ou encore ceux de ses amis. C’est pourtant l’un des premiers éléments différenciants lorsque l’on cherche le produit idéal pour se faire une idée.

Un nouveau levier de création de trafic en point de vente

SFR est parti d’un constant; l’acheteur privilégie encore les achats en boutique : 80% des achats se font encore en magasin (Etude Forrester 2012 et CCM Benchmark 2012), il les prépare avant de se déplacer et surtout, il les prépare jusqu’au dernier mètre — grâce à son mobile.

En proposant SFR Shopping, SFR Régie enrichit son offre Drive to Store via une application qui permet aux marques et enseignes d’étendre leur vitrine sur le mobile, et ainsi de générer du trafic en magasin. Désormais, les distributeurs pourront mettre leurs produits et leurs offres exclusives en tête de gondole sur le mobile du consommateur. À l’application native, s’ajoute la possibilité pour les marques d’envoyer des SMS géolocalisés sur la base « opt in » — volontaire. SFR Régie dispose de près de 3 millions de clients qui ont d’ores et déjà souhaité recevoir des promotions par SMS. Ainsi, au premier lancement de SFR Shopping, il vous sera promptement proposé de recevoir ce type d’offres par SMS : un moyen habile et légitime pour la régie de SFR de développer son offre grâce à cette nouvelle application mobile.

SFR Shopping est déjà disponible sur l’App Store, iPhone uniquement (contrairement à ce qui était annoncé) et le Play Store de Google (depuis le début de l’année  afin de réaliser les premiers test certainement).

SFR Shopping sur le Play Store SFR Shopping sur l’App Store

Marques, à vos applications : vos clients préfèrent les apps

STRATÉGIE MOBILE — S’il est aujourd’hui indéniable qu’il ne soit plus nécessaire d’expliquer pourquoi les marques doivent être présentes sur le téléphone mobile ou la tablette de leurs clients (et encore que), il subsiste toutefois des interrogations quant au choix de la stratégie à adopter : application native ou version mobile optimisée uniquement ou encore quels systèmes d’exploitation mobile…

Certains éléments de réponses peuvent déjà être apporté. Avec 50% de part de marché en France, Android domine désormais largement iOS (33%) qui voit son influence diminuer sur ce segment mais ce dernier conserve malgré tout son avance sur le marché des tablette (55% contre 40%) avec un risque de dégradation néanmoins.

À l’occasion de l’événement Le Mobile 2013, l’Institut Harris Interactive a mis en avant les éléments contextuels qui permettent de parvenir à développer une stratégie mobile réussie.

Il y a toujours de bonnes raisons pour une marque de développer son application

Les marques ont tout intérêt à vivre au sein d’une application native pour affirmer leur présence. Il s’agit de s’octroyer de manière permanente une place de choix au sein de l’univers mobile du consommateur. En effet, l’application assure la continuité dans la relation avec le consommateur et dans l’usage par l’intermédiaire des notifications en temps-réel ou différé (Notifications Push). En outre, l’application assure une expérience utilisateur plus riche, plus aboutie grâce à une flexibilité accrue dans les données stockées localement (accessibilité hors ligne en situation de mobilité par exemple). Enfin, une application ou un service mobile peut être l’occasion pour une marque de monétiser ses services via des outils d’achats intégrés (In-App purchase) ou en distribuant des options premiums. De plus, à l’usage, le réflexe de l’utilisation d’une « application » l’emporte sur la version Web Mobile ou WebApp (via le navigateur Safari par exemple) à en croire les chiffres d’usage classique du smartphone.

En fonction des usages, les utilisateurs de smartphones et de tablettes utilisent des applications ou les versions web mobile

Usage application, site mobile smart phone tablette
Préférence d’utilisation d’une application ou site mobile en fonction d’un usage

De ces préférences, il resort des vérités dites de « bon sens » – vous en conviendrez aisément. Pour autant, selon le secteur d’activité, vous serez alors incité à davantage privilégié une approche contextuelle plus forte avec un enclin à l’optimisation pour le mobile web ou natif selon les cas. Si pour communiquer, vos utilisateurs ont davantage tendance à utiliser les applications du téléphone (SMS, Email, Skype, Libon, WhatsApp ou encore Facebook Messenger), la consommation de contenus médias est plus orienté web (43%) : la publication tardive d’une version mobile pour iOS 6 de YouTube étant peut-être l’une des raisons. En revanche, le jeu dispose effectivement d’un terrain de chasse gigantesque au travers des catalogues d’applications mobile et il existe aujourd’hui peu d’expérience valable en situation non native notamment pour cause de contraintes techniques.

Panorama de consommation des applications mobiles

Les utilisateurs mobiles utilisent 5 applications quotidiennement

Sur un smartphone, 35 applications sont installées en moyenne dont 3 payantes (le modèle freemium a de beau jour devant lui) Parmi ces apps, seulement 11 applications sont utilisées régulièrement (au moins une fois par semaine), 5 le sont quotidiennement, 10 applications ne sont quant à elle jamais utilisées. 
Les interrogés déclarent à ce titre que 9 applications ont été téléchargées au cours des 3 derniers mois et qu’1/3 ne sont déjà plus du tout utilisées : Le risque pour une marque était de rester inactive sur l’écran d’accueil d’un smartphone, le téléchargement n’était pas vraiment suffisant. 82% des smartphonautes utilisent des applications au moins une fois par semaine. 22% des smartphonautes installent au moins une nouvelle application toutes les semaines
Enfin, la bonne nouvelle pour les marques ? 62% des utilisateurs smartphones ont déjà autorisé les applications à leur soumettre des notifications : autrement dit, le meilleur moyen de rentrer en contact avec vos consommateurs. Ainsi, il est important d’appliquer une politique de suivi et de collecte d’avis efficace pour ne pas voir son application finir aux oubliettes. Tout simplement. D’autant plus que 59% les ont téléchargées uniquement par curiosité et 30% avaient téléchargé plusieurs applications pour les comparer et ne conserver que la meilleure. Mais alors, comment pérenniser l’usage de son application au-delà de son téléchargement ? En mettant en place des évaluations sur les utilisateurs, les contextes d’usage, fréquences et niveau de satisfaction (enquêtes) tout au long de la vie de développement de l’application puis au fur et à mesure des mises à jours additionnelles.

Le responsive design vise à adapter le contenu à la taille de l'écran pour optimiser l'UX
Le responsive design vise à adapter le contenu à la taille de l’écran pour optimiser l’UX

Néanmoins, ne négligez pas les versions optimisées « mobile » pour le web; la tendance du Responsive Design y répondant; car vos clients utilisent Google pour vous trouver, comme ils le feraient depuis leur ordinateur. En d’autres termes, le résultat d’un site mobile non optimisé est peu recommendable voir nul d’intérêt.

Méthodologie : Enquête réalisée en ligne par l’institut Harris Interactive du 17 octobre 2012 au 9 janvier 2013. Échantillon total de 7 000 individus représentatifs de la population des internautes français âgés de 15 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).
Harris Interactive a profité de cette publication pour communiquer sur le lancement d’une offre d’étude pour une durée indéterminée, M-Observer : la solution d’étude pour optimiser l’efficacité des supports mobiles. À découvrir ici.

Marketing Mobile : Passbook pour les annonceurs et les utilisateurs

Icône de l'application Passbook sur iOS 6
Icône de l’application Passbook sur iOS 6

Intégrée au système d’exploitation mobile iOS, Passbook est l’une des dernières fonctionnalités proposées à ses clients par Apple, au profit des marques et de leurs clients. Sous la forme d’une application native, exclusivement disponible avec la mise à jour iOS 6, Passbook correspond à un porte-carte virtuel où cartes d’enseignes, bons de réduction et autres éléments de programmes de fidélité pourront être stockés sur votre téléphone intelligent.

Tout ce que vous devez savoir sur la dernière application développée par Apple, Passbook.

Passbook, le porte-carte virtuel par Apple

Passbook est tout « simplement » votre porte-feuille digital sur votre iPhone, synchronisé via iCloud entre votre Mac et votre iPhone ou iPod. L’application vise à conserver tous les papiers et les biens que vous trouveriez usuellement dans votre porte-monnaie. En outre, tout ce qui comporte un code barre pourrait être ajouté dans Passbook.

Il arrive souvent que la firme à la pomme réplique des concepts ou des fonctionnalités d’apps existantes dites tierces ayant un réel intérêt pour les utilisateurs. Par le passé, cela a déjà été le cas avec l’application « Rappels » ou encore la plus récente « Liste de lectures » au sein du navigateur Safari. Avec Passbook, c’est plus ou moins la même histoire. Dans ce contexte, FidMe ou encore Fidall, deux apps leaders de la dématérialisation des cartes en France, vont devoir imaginer de nouvelles fonctionnalités pour susciter encore un intérêt à leur base d’utilisateurs fidèles;  FidMe revendique quant à lui plus d’un million d’utilisateurs.

Enfin, il parait important de rappeler que vous ne trouverez pas l’icône Passbook sur votre tablette tactile préférée car Passbook n’est pas disponible pour iPad. La raison la plus probable ou supposée est la non-practicité de l’application liée au format tablette de 9,7 pouces, mais potentiellement aussi à l’usage limité d’une tablette en situation d’achats. Avec l’iPad Mini peut-être ?

Les fonctionnalités de Passbook

Avant toute chose, sachez que Passbook n’a pas la prétention — pour l’instant du moins — d’être un système de paiement mobile à proprement parlé, comme peuvent l’être Square, Paypal ou encore Google Wallet. La frontière est pourtant bien mince.

Le véritable intérêt de l’application réside dans son accessibilité. En effet, l’app Passbook est installée par défaut sur l’écran d’accueil de l’iPhone 3GS, 4, 4S ou encore le dernier iPhone 5. Pour l’utilisateur, cela sous entend que l’application est disponible sans aucun effort de téléchargement contrairement aux autres applications disponibles sur la boutique d’applications App Store. En outre, Passbook étant considérée comme une application mobile native sur le téléphone, elle profite aussi de fonctionnalités accrues telle que la géolocalisation passive ou les notifications sur l’écran verrouillé, sans aucune limite. D’autre part, l’intégration avec le calendrier est également de la partie pour faciliter la gestion des contenus pour le client final.

Passbook est bien plus qu’un simple porte-feuille dématérialisé

Les tickets et cartes sont géolocalisables et permettent ainsi d’interagir en fonction d’un lieu mais aussi en fonction d’une date ou une fois une période de temps écoulée. Les marques sont en mesure de configurer leurs éléments pour être affichés sur l’écran verrouillé de l’utilisateur « au bon moment, au bon endroit ». Cette notion de geofencing est chère aux marques puisqu’elles savent que leur temps d’attention est limité, tout comme l’acceptation de leurs cibles.

La force essentielle de Passbook ? Ses mises à jours passives, c’est-à-dire, sans que l’utilisateur n’ait pas besoin d’effectuer une action : la simple possession d’un coupon ou d’une carte de fidélité au sein de Passbook permet de mettre à jour le contenu en temps-réel en 3G ou WiFi. De plus, la distribution des « pass » se fait par e-mail, web ou directement depuis une application externe (celle de l’annonceur par exemple). c’est notamment ce que propose Sephora.

Passbook pour les marques et enseignes

Ainsi, Passbook peut être utilisé pour attirer les clients dans leur magasin grâce à la géolocalisation dès lors que les utilisateurs inscrits (équivalent à un opt-in classique) se trouveront à proximité. En outre, Passbook jouira d’une adoption globale aisée tant l’outil ne nécessite aucun investissement préalable (les scanners de codebarre sont existants dans tous les magasins pré-existants ou presque, contrairement à la technologie NFC). Enfin, les distributeurs peuvent créer des coupons qui incorporeront cette sensibilité du temps dans le but d’engager et de suggérer à leur clients de venir réclamer des réductions durant une temps limité : un moyen de créer du trafic vers et dans le point de vente.

Aux États-Unis, la filiale Sephora propose à ses clients du programme de fidélité BeautyInsider de profiter des fonctionnalités Passbook grâce à l’application « SephoraToGo ».

Sephora To Go avec support de Passbook
Sephora To Go avec support de Passbook

En ajoutant leur carte « Beauty Insider » au sein de Passbook, les clients et clientes pourront découvrir et scanner dans le magasin pour gagner et récupérer des points de fidélité. L’enseigne leur propose aussi de vérifier leur nombre de points et être au courant des nouveautés à venir : un nouveau canal de communication en quelque sorte. Sephora a également prévu une carte cadeau virtuel, mise à jour en temps-réel.

Lire l’article complet sur le blog de Sephora

Ce que Passbook ne fait pas pour l’instant

Parce que l’iPhone 5 (ou encore l’iPhone 4, 3GS etc) ne sont pas dôtés d’une technologie NFC, vous ne pourrez jamais pénétrer dans le bus ou le métro parisien en passant votre téléphone sur une borne. Pourtant, Amtrak a déjà décidé d’utiliser la technologie pour ses cartes de transport : un système un peu différent du nôtre puisqu’il n’existe pas d’équivalent au Pass Navigo, à l’inverse il s’agit plutôt de cartes magnétiques rechargeables : plus adaptées au modèle proposé par Apple, Passbook.

Peu d’applications sur l’App Store français permettent d’ores et déjà d’utiliser pleinement Passbook sur iPhone. Mais comme chaque nouveauté qui incorpore cet OS, le nombre d’applications tierces ou de services utilisant Passbook reste très marginal à sa sortie mais gageons que l’imagination des annonceurs nous surprendra les prochaines semaines. Au final pour le consommateur, cette app native facile à utiliser ne nécessite pas de réfléchir à la technologie employée et c’est déjà beaucoup. C’est d’autant plus vrai à l’heure où Samsung rencontre des problèmes de sécurité liés à la technologie NFC sur ses téléphones.

Liens externes sur Passbook