De l’analyse de la présence social media d’une marque

Stratégie Médias Sociaux — On s’interroge souvent sur le choix des supports pour la visibilité d’une marque, mais la problématique sur la présence même d’une marque sur les médias sociaux n’est pas un sujet souvent évoqué, alors qu’elle constitue pourtant une étape primordiale.

Une entreprise doit-elle multiplier sa présence sur toutes les plateformes de réseaux sociaux afin d’accroître sa visibilité ? Est-ce vraiment cohérent ?
Une taille critique existe-t-elle afin de déterminer si elle doit adopter un certain type de réseaux sociaux ?

De l'analyse de la présence social media d'une marque
De l'analyse de la présence social media d'une marque

Des éléments de réponse dans la suite.

Suite à la publication de La fiche pour améliorer la présence social media de votre entreprise, un lecteur — et non moins ami — m’avait indiqué que je ne répondais pas à certaines questions concernant la réflexion en amont autour de la stratégie au sujet de la présence en tant que telle, sur les médias sociaux. Une hypothèse à laquelle vous avez sûrement déjà pensé se présente à nous : multiplier l’usage des médias sociaux pour accroître l’impact de la présence de la marque afin de toucher le maximum de monde, partout. Mais est-ce vraiment pertinent ?

Stratégie social media
Stratégie social media

Être présent sur une multitude de canaux de communication web semble être une excellente idée au premier abord : la mise en place d’une présence multipliée selon les supports pour capter et attirer les utilisateurs vers un support unique comme votre site Internet est une technique des plus classiques mais qui n’est pas réellement efficiente. Dans la réalité, vous devrez assurer la gestion de chacun de ces canaux afin qu’ils correspondent au mieux à l’univers de votre marque : cela passe par la conception et le développement de votre identité visuelle. Sans oublier bien sûr, la formation de vos équipes, en interne, pour disposer de ressources humaines dites efficaces par rapport aux outils. Vous l’aurez compris, cela prend beaucoup de temps et nécessite un véritable investissement.

Exemple : Comment savoir si mon entreprise doit être sur Facebook ou Twitter ?

Ou encore, aucun des deux… Néanmoins, un article sur le sujet est toujours disponible : En septembre 2010, une étude Emarketer permettait déjà de s’interroger sur cette problématique du choix entre les followers ou fans. Il s’agit d’une étape mais elle répondait déjà à une finalité sans pour autant traiter une question pour globale — et légitime par ailleurs : Un Follower Twitter est-il mieux qu’un Fan Facebook ? (publié le 20 septembre 2010) pour tenter de comparer Facebook et Twitter.

 

Facebook : premier réseau social en France

Facebook est souvent présenté comme un réseau incontournable et pour preuve; la fréquentation de Facebook est devenue massive en France : 36% des Français âgés de 15 ans et plus déclarent aujourd’hui posséder un compte. Facebook s’inscrit particulièrement dans les pratiques des jeunes générations : 83% des 15-24 ans possèdent un compte, contre 62% chez les 25-34 ans, 31% chez les 35-49 ans, 16% chez les 50-64 ans et 4% chez les 65 ans et plus.

En outre, les femmes sont plus nombreuses à aimer des marques sur Facebook : 26% contre 19% chez des hommes. En d’autres termes, si vous êtes une entreprise proposant des produits féminins, vous avez plus de chance d’être favorablement accueilli sur Facebook.

 

Twitter : un réseau encore minoritaire malgré la tendance

Twitter en France : score de notoriété et taux de pénétration
Twitter en France : score de notoriété et taux de pénétration

Avec, selon les études chiffrées, un taux de pénétration en France autour des 8% (pour le plus élevé). Un constat s’impose donc : Twitter est encore peu utilisé en France mais le nombre d’utilisateurs augmente sensiblement (étude Semiocast de mars 2011) Néanmoins, si il l’est, c’est essentiellement par le monde journalistique, politique et autres marketers ou communicants et autres leaders d’opinions. Twitter est l’outil idéal pour converser, répondre et interagir avec ses utilisateurs. La simplicité des actions rend le service client pratique et agréable : il est une porte d’entrée vers un autre canal comme l’e-mail ou l’appel téléphonique.

Votre ciblage et vos intentions (qu’allez-vous proposer à vos membres ?) sont donc primordiales dans la prise de décision concernant votre présence en ligne. Twitter et Facebook, c’est bien. Mais il y en d’autres : bien que Twitter et Facebook soient les deux premiers réseaux sociaux à vocation communautaire en France, il ne faut pas oublier qu’il existe une multitude d’autres opportunités selon vos activités. Par exemple, pour une PME de taille moyenne, il peut être intéressant d’inciter ses clients professionnels à les retrouver sur les réseaux sociaux à vocation « pro » pour continuer les conversations. LinkedIn a récemment développé les concepts de pages entreprises pour mettre en avant les marques et rattraper son retard — notamment par rapport à Facebook. Aujourd’hui, LinkedIn compterait 2 millions de membres en France.

Synthèse

Au final, le plus compliqué est en réalité de savoir comment se faire conseiller : qu’un dirigeant d’une grande entreprise ou un directeur marketing s’interroge sur la pertinence pour sa marque d’être présente sur les médias sociaux est tout à fait légitime; le contraire, soit de dire que « ma marque doit absolument et par tous les moyens être sur Facebook » (par exemple) serait une ineptie sans nom.

Les agences de communication digitales, vous en conviendrez, auront très logiquement tendance à vous pousser à être présent sur les médias sociaux en vous vendant un dispositif ou une opération car c’est tout à fait dans leurs intérêts économiques et financiers. À ce niveau, il y a quand même une distinction à faire : les agences digitales (les plus sérieuses) pourront vous proposer des dispositifs tout à fait cohérents avec votre entité (respect de la marque, et de son ADN) tandis que d’autres, beaucoup moins…

La solution ? Il n’y a pas de solutions à proprement parler, du moins, je ne pense pas forcément détenir la vérité. Pour autant, il peut être intéressant de se faire conseiller par des cabinets ou organisme de conseils, déconnectés du monde des agences dites classiques (celles qui vous proposent la mise en place d’opérations). Un œil extérieur est encore l’un des meilleurs moyens afin d’identifier pour votre entreprise l’ensemble des problématiques extérieures liées à votre environnement, votre marché.

Une fois le choix effectué quant à la présence ou non de votre marque sur les médias sociaux, vient le moment de l’élaboration du plan d’actions ou de la stratégie social media. En outre, le meilleur moyen est encore de mettre en compétition plusieurs agences indépendantes (ie. qui n’appartiennent pas au même groupe publicitaire) afin de comparer leurs propositions et de voir la pertinence des éléments proposés, toujours par rapport à votre capital marque.

Pour aller plus loin

La fiche des erreurs communes faites sur les médias sociaux

De l’influence des médias sociaux dans les résultats de recherche

Ailleurs

Un article dans le même ton via Romain sur Weqli

Auteur : Paul-Henri Brunet

Passionnément curieux et féru d'objets connectés. @phb sur Twitter.

4 réflexions sur « De l’analyse de la présence social media d’une marque »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.