Infographie : le digital représente 25% des investissements publicitaires en France (2014)

Le bilan 2014 du marché français de la publicité digitale en une infographie

Publicité digitale — Le marché français de la publicité en ligne atteint près de 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires net sur l’ensemble de l’année 2014 soit une progression de 4% par rapport à l’année dernière. Découvrez l’infographie de la 13ème édition de l’Observatoire de l’e-Pub du SRI, réalisé par PwC, en partenariat avec l’UDECAM.

Le digital représente 25% des investissements publicitaires en France* pour 2014

Avec une croissance de 4%, le digital devient le 2ème média investi par les annonceurs atteignant 2,896 milliards d’euros en 2014 : le display (27%) est parmi le mix digital l’outil publicitaire en plus forte croissance (+8%) par rapport aux autres dispositifs (search, affiliation, emailing). À noter sur l’origine de la publicité en ligne, l’achat programmatique display progresse de +66%.

En prospective, le cabinet PwC envisage que la publicité digitale pourrait devenir « le premier média français et passer devant la TV en 2015 ou 2016 ». À suivre.

Chiffres clés de la 13ème édition de l’Observatoire de l’e-Pub
Chiffres clés de la 13ème édition de l’Observatoire de l’e-Pub

13ème édition de l’Observatoire de l’e-Pub
Via SRI

Hermès ouvre une maison virtuelle et mobile pour choisir ses Carrés

Le carré Hermès, le foulard en soie emblématique de la maison française lancé en 1937, dispose désormais de son propre site de vente en ligne : lamaisondescarres.com. Ce classique de la maison de luxe amorce sa mue digitale grâce une nouvelle expérience digitale de commerce, disponible également sur mobile (responsive design) ouvrant la voie au m-commerce.

Le carré Hermès, le foulard en soie emblématique de la maison française lancé en 1937, dispose désormais de son propre site de vente en ligne : lamaisondescarres.com. Ce classique de la maison de luxe amorce sa mue digitale grâce une nouvelle expérience digitale de commerce, disponible également sur mobile (responsive design) ouvrant la voie au m-commerce.

La Maison des Carrés au service d’une stratégie digitale mobile et marchande

La Maison des Carrés ombrelle

Une stratégie digitale différenciée : un site de niche dédié uniquement à certains produits de la marque

Après un teaser sur Facebook, Hermès lançait en toute discrétion, La Maison des Carrés, à l’effigie de son produit iconique. Dans le respect de ses valeurs et de cette tradition, le graphisme de l’e-shop a été conçu par un auteur de carrés Hermès, Pierre Marie. L’artiste a imaginé et dessiné l’univers, la structure de cette « demeure » à l’architecture spécifique, caractéristique de la maison française.

La nouvelle adresse de la soie Hermès. Explorez nos collections, perdez-vous dans les étages, cherchez par formats, couleurs, matières ou thématiques.

Ce nouveau point de vente en ligne n’est pas un ersatz des boutiques traditionnelles. Avec plus de six cents modèles de carrés, châles, twilly, écharpes et autres étoles, ce dernier offrirait un choix de produits plus exhaustif et bien plus large par rapport aux 315 magasins Hermès à Paris et ailleurs.

Le merchandising digital vu par Hermès
Le merchandising digital vu par Hermès

Avec la Maison des Carrés, la maison française vise à conquérir de nouveaux clients, à toucher les consommateurs qui n’ont pas de boutique à proximité  — voire attirer ceux qui n’osent pas toujours rentrer en boutique. En revanche, vous n’y trouverez ni sacs, ni ceintures, ni prêt-à-porter ou montres. En effet, ces produits restent accessibles sur le site mère hermes.com qui n’est en rien substitué.

La boutique en ligne pour le luxe ? Nécessaire pourvoyeur d’expérience digitale enrichie par le brand content et une UX éprouvée

Pour les marques de luxe, la complexité majeure de la boutique en ligne réside dans la reproduction de l’expérience du produit (les matières, les sensations) mais aussi plus globalement dans sa capacité à gérer le merchandising afin de présenter l’ensemble des produits du catalogue. Pour se faire, Hermès a apporté quelques touches de dynamisme à ses produits avec une animation plutôt réussie sur chaque fiche produit.

Sur ce deuxième point, les filtres sont une des clés d’entrées classiques sur une boutique en ligne, ils permettent de parcourir le catalogue aisément : par formats, couleurs (14), matières, thématiques (équestre, collectionneur, mythe, ethnies…), ou encore par prix.

La Maison des Carrés en version mobile
la boutique La Maison des Carrés est disponible en version mobile

Chaque visiteur pourra parcourir le catalogue à son rythme et ainsi découvrir les produits qui lui plaisent. En outre, en plus de l’adaptabilité sur le format mobile (le site s’adapte automatiquement à la taille de l’écran de l’appareil), Hermès a mis un point d’orgue à rendre l’expérience client agréable. À la manière d’un « infinite scroll », les carrés se présentent à vous sans effort : la page ne se recharge pas complètement lorsque vous défilez vers le bas, le contenu s’ajoute naturellement à la suite.

En plus de la boutique en ligne, la Maison des Carrés apporte du contenu autour de son univers pour le visiteur : vidéos, méthode pour attacher son carré. Ce véritable écrin digital vise à apporter conseil, informations et valeurs aux produits présentés en tentant de répondre aux éventuelles questions et problématiques des futurs clients de la boutique en ligne.

Le digital renforce la nécessaire proximité des marques de luxe avec leurs clients et prospects

Hermès Tie Break
Hermès Tie Break sur iOS et Android

Hermès propose une application ludique intitulée « Tie Break » (iOS et Android) dédiée aux ports de la cravate. Mise à jour ce mois, cette application mobile à l’approche servicielle surfe sur cette stratégie de « brand utility » dans lesquelles le digital s’inscrit avec une stratégie de brand content. Pour Hermès, il s’agit de favoriser la proximité de la marque avec ses clients technophiles.

Ces initiatives sur le numérique confirment les enjeux pour les marques de luxe : ces maisons ne sont pas épargnées par la nécessité de communiquer sur leurs produits sur ces écosystèmes connectés. Si le ROI n’était pas évident à mesurer jusqu’à lors, désormais grâce à l’interface e-commerce existante, l’objectif affiché est a fortiori double : développer leur visibilité sur ces nouveaux territoires et les transformer en véritable nouveaux leviers de recrutement et de fidélisation.

Pourquoi Facebook impose d’installer son app de messagerie, Messenger

Disponible sur iOS, Android et Windows Phone, Messenger est désormais l’application mobile de Facebook de prédilection pour permettre de discuter entre amis ou en groupe. Bien que contestée par les utilisateurs du réseau social, cette décision constitue néanmoins la pierre angulaire indispensable au développement de la stratégie mobile de la plateforme sociale.

Retour vers le futur — En 2012 les rumeurs sur un « Facebook Phone » allaient bon train. À ce titre, un article sur ithink.fr intitulé Facebook ne créera pas un Facebook Phone, démontrait en quoi un téléphone Facebook était déjà quasiment dans nos mains. Comment ? Via le déploiement d’un écosystème d’applications mobiles favorisant les synergies sur les usages de la plateforme. L’annonce de cette nouvelle disposition pour utiliser le chat Facebook confirme ce propos.

Messenger, la stratégie de Facebook pour le mobile

Créée en 2011 dans une logique de segmentation des usages, Messenger a été récemment mise à mise à jour en version 5.0. Cette monture permet enfin de partager des vidéos mais elle améliore aussi la rapidité des photos et favorisent enfin la fiabilité et l’accessibilité des contenus.

Vous l’aurez remarqué, désormais pour converser en privé sur Facebook, il est nécessaire de passer par l’application Messenger (voir capture d’écran). En effet, la fonctionnalité d’envoi de messages a disparu de l’application principale Facebook. Vous devrez vous résoudre à basculer entre Facebook et la dite app Messenger à l’aide de l’interface de votre téléphone.

Le message de Facebook informant les utilisateurs de la nouvelle disposition
Le message de Facebook informant les utilisateurs de la nouvelle disposition

Dans une interview accordée au New York Times, Mark Zuckerberg justifie cette mesure par l’idée que les utilisateurs souhaitent des expériences différentes sur le mobile. Ainsi, Facebook développe d’autres applications mobiles autonomes — à l’instar de Paper — avec l’objectif de fournir des cas d’usages plus spécifiques, ce qui pourrait aider la plateforme sociale à maintenir ou à stimuler « l’engagement » de cette façon. Pas sûr que cette vision convienne aux utilisateurs…

Grâce à Messenger, les utilisateurs répondent 20% plus rapidement

Pour Facebook, l’utilisation de Messenger permet de distribuer les messages plus rapidement et justifier ainsi l’usage même de l’application dédiée : par le fait que les amis utilisent l’application, ils répondent 20% plus rapidement qu’auparavant selon le Chef de Produit Facebook Messenger.

De nouvelles fonctionnalités à venir sur le mobile Facebook

En propulsant Messenger avec sa propre application, Facebook a maintenant davantage d’espace non seulement pour intégrer de nouvelles fonctionnalités dans son application principale, mais aussi afin d’ajouter des fonctionnalités plus abouties au sein de Messenger telle que la vidéo. L’application Messenger offre déjà plus que la plate-forme mobile historique de Facebook : comme l’envoi de SMS aux les contacts d’un utilisateur à ceux qui ne sont même pas sur Facebook. En outre, dans l’application, les utilisateurs disposent d’une interface pour créer les discussions de groupe, des conversations muettes et même faire un appel téléphonique via l’application en utilisant votre forfait data.

Une stratégie de conquête mobile après le rachat de WhatsApp

Envoyez des messages gratuitement avec Messenger par Facebook
Envoyez des messages gratuitement avec Messenger par Facebook

Facebook subit le déclin de son nombre d’utilisateurs actifs mensuels sur les ordinateurs (« desktop »). Cette nouvelle règle constitue une solution pour venir contrer les services similaires tels que Line, Viber ou encore WeChat. Tous connaissent de forte expansion sur le mobile, Facebook espère ainsi obtenir une place privilégiée sur les smartphones. Selon Flurry Analytics, 17% du temps passé sur un smartphone est dédié à Facebook — et Instagram, gageons que le récent rachat de WhatsApp en février dernier pour 19 milliards de dollars permettra probablement de maintenir voire d’accroître cette proportion.

Sur l’App Store et Google Play, Messenger fait par conséquent partie des applications gratuites les plus téléchargées… Mais à quel prix : avec près de 3 500 avis sur l’App Store, elle est la version d’une app populaire la plus décriée de l’histoire de l’App Store ; mais aussi la moins bien notée pour une telle position de classement.

Télécharger gratuitement Messenger sur l’App Store ou Google Play.

Instantané #1 : tout ce que vous devez vraiment savoir ce lundi

Tout ce que vous devez vraiment savoir ce lundi dans l’actualité Digital Marketing

C’est la rentrée ! Nouveau format de publication pour une lecture du matin plus efficace. N’hésitez pas à me contacter en direct via Twitter @phb pour échanger !

Événement Apple

À ne pas manquer ce mardi 10 septembre : à partir de 19h (heure française) Keynote de rentrée pour Apple avec, si les rumeurs le confirment, un nouvel iPhone 5S (évolution de l’iPhone 5) et enfin un iPhone 5C. L’idée ? Un téléphone d’entrée de gamme pour conquérir les marchés émergents et faire face au géant Samsung. Selon certaines sources, des campements auraient déjà été observés autour de l’Apple Store 5ème Avenue à New York.

Apple iPhone 5S Champagne
Apple iPhone 5S Champagne : probablement une nouvelle couleur pour le prochain iPhone

Passbook devient une véritable marque aux États-Unis

Si vous n’utilisez toujours pas le portefeuille dématérialisée proposé par Apple, Passbook, sachez pourtant que de plus en plus de marques se mettent à l’utiliser (Air France a récemment mis à jour son application). Apple est devenu depuis peu une marque déposée après un dépôt effectuée par Apple en novembre 2012 auprès du US Patent & Trademark Office.

Publicité sociale : la monétisation se confirme sur Instagram.

Fort de ses 150 millions d’utilisateurs actifs sur son app mobile Instagram (racheté en 2012), Facebook vient d’annoncer le lancement d’une offre publicitaire sur le réseau de partage photos. Présentation de l’offre en 2014. Comment ? Instagram proposera vraisemblablement du contenu sponsorisé à la manière des Sponsored Stories dans les flux de photos / vidéos ou encore des contenus mis en avant dans l’onglet « Discover » (à la TumblR »). Tout l’enjeu pour Instagram ? Incorporer les messages des annonceurs mis en avant tout en conservant l’aspect cool : le challenge est de taille.

Concours #4Gbattle : un Nokia Lumia 925 et un abonnement 4G en test

Si vous habitez Paris, Bordeaux ou Marseille, vous pouvez devenir l’un des 300 privilégiés à avoir la chance de tester la 4G d’Orange. Nokia, en partenariat avec Orange lance un jeu concours pour tester le dernier Microsoft Nokia et son réseau mobile 4G. Quoi ? Orange vous prête pendant 15 jours le tout dernier Nokia Lumia 925 et un abonnement 4G Orange. Comment ? A vous de tout faire pour les gagner : les tester, les montrer, en parler sur les réseaux sociaux. Bonus ? Vous serez 30 à repartir avec le Nokia Lumia 925 et un an d’abonnement 4G Orange. Inscription avec Facebook et Twitter sur 4gbattle.com

Dataviz à re-découvrir après le Tour de France : 100 ans de tour

Fan de vélo ? 100 ans de Tour vous permet de revivre l’histoire de la Grande Boucle avec toutes les étapes, classements et bien d’autres données.  Ce projet de data-visualization a été réalisé dans le cadre d’un cours à HETIC (Haute Ecole des Technologie de l’Information et de la Communication). 100 ans de données à parcourir entre classements, parcours ou encore coureurs de légende. La promesse ? Année par année le visiteur manipule les données d’une façon ludique et interactive.

À découvrir sur 100ansdetour.fr

Top 5 des sites de banque en France

  1. Crédit Agricole,
  2. Caisse d’épargne,
  3. La Banque postale,
  4. Crédit Mutuel,
  5. Société Générale

Le site de votre banque est-il « populaire » ? Médiamétrie (Netratings) publie le top 5 des sites de banque en France. En juillet 2013, près de 48,7 millions de Français se sont rendus sur le site de leur banque. Sans trop de surprise révèle le JdNet, ce sont les banques traditionnelles qui dominent ce classement au sein duquel ne figure aucun pure playerPourquoi ? On suppose que les utilisateurs mobiles n’auraient pas été inclus dans le calcul si l’on en croit le succès des apps mobiles de la BNP et de la SocGen’ ou l’absence de pure players. Courage !

L’app mobile à tester avec ses amis : Who Wanna, the activity socialyzer

Aperçu de l'application Who Wanna sur iOS 6
Aperçu de l’application Who Wanna sur iOS 6

Concept : L’interface composée de 6 icônes représentant les activités les plus courantes de socialisation (prendre un verre, faire une exposition, aller au cinéma, partir une soirée, faire du sport, aller au restaurant) vous permet de proposer des activités lorsque bon vous semble. Vos amis en sont alors avertis, vous pouvez voir qui est intéressé et ainsi les contacter directement pour vous retrouver. Comment ? Après avoir synchronisé votre compte Facebook et entré votre numéro de téléphone, il suffit de sélectionner les amis avec qui vous voulez interagir. De nombreuses mises à jour sont d’ores et déjà prévues fin septembre pour incorporer de nouvelles fonctionnalités. Télécharger l’application sur l’App Store Who Wanna ou Google Play.

 

Bonne semaine à tous.

De l’analyse des revenus du jeu sur mobile : le cas Fruit Ninja

Fruit Ninja, le populaire jeu sur iPhone (et Android) qui permet de couper en deux des fruits avec un Katana aurait récolté 400 000 $ de revenus publicitaires au mois d’avril, selon le magazine Ad Age.

Si le Responsable Marketing, Phil Larsen, a reconnu que 400 000 $ par mois était un montant honorable, ce n’est pas pour autant pas une somme exorbitante pour un jeu aussi populaire que Fruit Ninja.

La problématique du choix de business model pour les éditeurs de jeux se pose lorsqu’il s’agit de créer et distribuer un jeu à succès. Loin de faire l’unanimité auprès des joueurs et utilisateurs mobiles, la publicité suscite également la polémique lorsque au sein d’applications Android pour enfants, des bannières faisant la promotion des des armes à feu, des publicités « X » ou des annonces tendancieuses pour la Scientologie apparaissent (à lire sur Business Insider).

App gratuite ou application payante ?

Développeurs, ne vendez plus vos applications mobiles : offrez-les gracieusement.

La phrase a de quoi faire sourire et pourtant : les applications et autres jeux vidéos sur mobile rapporteraient davantage lorsqu’ils sont gratuits : grâce à la publicité intégrée et aux achats in-apps. S’agirait-il alors d’une accroche journalistique délibérée ou d’intérêts pour les joueurs ? C’est en effet l’idée principale qui ressort d’une enquête réalisée par le New York Times (lien vers l’article) à partir d’une interview des créateurs du jeu « Temple Run » : les revenus générés après le téléchargement sont plus synonymes de potentiels suivant l’acquisition de l’application.

En outre, on pense souvent au succès des plateformes de social gaming telle que Zynga. Basée sur le modèle du Freemium, leurs moyens de dégager du cash résident dans les extensions du jeu possibles par une utilisation de sa carte bleue. Le développeur de Fruit Ninja se lance dans un concept similaire avec son dernier jeu, Jetpack Joyride avec une multitude d’options accessibles en achat intégrés (in-app purchases)

Explosion des revenus de la publicité mobile. En sus, les revenus des publicités mobiles « In-App » (publicité intégrée au sein de l’application) s’élèveront à 7,1 milliards $ en 2016 contre 2,4 milliards en 2012 selon une étude Juniper Research : une croissance exponentielle facilitée par le développement et la sophistication des publicitaires interactives ou « Rich Media ».

Fruit Ninja, disponible sur iOS et Android
Fruit Ninja, disponible sur iOS et Android

Autre enseignement : Temple Run ne fut pas immédiatement un véritable succès. Imangi avait originellement sorti son application au prix d’un dollar sur l’App Store. Malgré des débuts encourageants, l’application perdait progressivement de l’attraction. Pour contrecarrer ce phénomène, l’entreprise a rendu le jeu gratuit en assurant la promotion avec le site « FreeApp A Day » ayant pour vocation de mettre en avant les dernières apps gratuites. Grâce à cette opération, Temple Run a connu une forte croissance au niveau de ses téléchargements et le jeu a depuis gagné en popularité modifiant alors son modèle.

Les partenariats et licences co-branding

Les partenariats tels que les jeux licenses constituent de nouveaux leviers pour les éditeurs et développeurs. Halfbrick travaille avec des spécialistes et commerciaux pour des intégrations majeures et la constitution de partenariats avec des marques connues comme le studio Dreamworks pour une version spéciale de Fruit Ninja sur iOS avec « Le Chat Potté ». Fruit Ninja a récemment lancé une déclinaison intitulée « Puss In Boots » (le Chat Potté) de son célèbre jeu aux fruits.

D’autre part, Mobclix, réseau de publicité mobile, commercialise les espaces publicitaires de Fruit Ninja : les éditeurs/développeurs sous-traite donc leurs régies publicitaires par manque de moyen de gestion. Néanmoins, le studio de développement de Brisbane pilote sa politique de partenariat, en conservant l’ensemble de ses accords commerciaux et sponsoring.

Fruit Ninja n’est évidemment pas le premier jeu à se voir constituer un co-produit avec une autre marque pour réaliser une nouvelle version, une nouvelle expérience de jeu. Disney a essayé de surfer sur le succès du jeu gratuit Temple Run de Imangi, téléchargé plus de 40 millions de fois : Temple Run : Rebelle.

Depuis que Halfbrick a développé et lancé son jeu, il y a deux ans, Fruit Ninja a déjà été téléchargé plus de 300 millions de fois et 1,5 billions de morceaux de fruits ont été coupés. Enfin, la version sans publicité (payante) du jeu est plus populaire que la version gratuite intégrant de la publicité : il est donc intéressant de mettre à disposition une version sans publicité moyennant un coût.